S'abonner
Distribution

AD et Bosch, l’union sacrée

Publié le 29 septembre 2006

Par Frédéric Richard
4 min de lecture
Les réparations des véhicules modernes se montrent de plus en plus techniques. Elles demandent plus de compétences, ainsi que des pièces de rechange toujours plus onéreuses. AD et Bosch allient désormais leurs deux noms pour contrer les constructeurs, omniprésents sur ce marché. Les...
Les réparations des véhicules modernes se montrent de plus en plus techniques. Elles demandent plus de compétences, ainsi que des pièces de rechange toujours plus onéreuses. AD et Bosch allient désormais leurs deux noms pour contrer les constructeurs, omniprésents sur ce marché. Les...

...constructeurs ont compris très tôt qu'ils pouvaient profiter de leur image (et de la sacro-sainte notion de "pièce d'origine") pour capter et conserver les interventions les plus techniques dans ses ateliers. Ils dominent d'ailleurs outrageusement les réparations des systèmes d'injection modernes. Aujourd'hui, la réparation indépendante réagit. Le groupement AD, en partenariat avec l'équipementier Bosch, met en place une formation destinée aux MRA. Organisé en 5 modules, ce "cursus" a pour objectif de maintenir les professionnels au fait des nouvelles technologies, en termes de diagnostic des systèmes d'injection modernes. Bien sûr, les deux protagonistes avaient déjà pris leurs dispositions bien avant la mise en place de ce partenariat. Pour l'AD, un programme de formation dénommé Millénium, avait vu le jour en 2004, et fédérait les professionnels adhérents, désireux de se former aux évolutions de leur métier. Pour Bosch, la solution consistait jusqu'alors à la structuration d'un réseau, Bosch Car Service, que l'équipementier, à la faveur du règlement d'exemption, avait placé en frontal des concessionnaires pour les réparations à forte valeur ajoutée.
Cette alliance entre deux poids lourds renforce la technicité et la notoriété des formations pour l'un, et le maillage géographique, pour l'autre. Qu'ils soient généralistes ou spécialistes, sous enseigne ou non affiliés, un programme a été spécifiquement conçu à l'intention des pros de la réparation indépendante. La formation comprend 5 étapes, pour couvrir toutes les technologies, sans aucune autre obligation pour le souscripteur que de disposer d'un outil de diagnostic ou d'en faire l'acquisition à la première étape de formation.
Le lancement national de cette nouvelle collaboration avec Bosch a récemment eu lieu chez AD Talbot, adhérent historique du groupe Autodistribution, particulièrement bien équipé pour entamer ces formations.

L'événement

Pour marquer l'importance que revêt un tel engagement, les deux entreprises avaient mis les petits plats dans les grands. Ainsi, Thomas Bauer, vice-président monde de Bosch aftermarket, Thierry Leblanc, directeur général de Bosch France, et Dominique Menotti, directeur général du groupe Autodistribution se sont invités à Parthenay, chez AD Talbot, tout comme les 120 réparateurs clients du distributeur, venus découvrir ces nouvelles opportunités de business.
Et Thierry Talbot d'entamer la thérapie de groupe. "Désormais, vous allez pouvoir former vos équipes à des interventions jusqu'ici trustées par le réseau constructeur, sans fondement valable. En tant que concepteur des systèmes d'injection modernes, Bosch dispose des meilleures connaissances du sujet, ainsi que des meilleures pièces. Quant à votre distributeur AD, il stocke pour vous les pièces techniques nécessaires à ce type d'intervention."
De son côté, Dominique Menotti, stigmatisant l'évolution du parc Diesel et la complexification des technologies mises en œuvre, pointa du doigt la relative incapacité actuelle des MRA à réparer ce type de véhicule, qui pourtant, par son age (environ 9 ans pour les premiers HDi ou DCi), devrait logiquement quitter le réseau constructeur…
Un double intérêt donc pour AD, qui, d'une part, renforce l'image technique de son réseau. D'autre part, le groupement espère par là une progression sensible des volumes de pièces vendues par ses distributeurs, sur des composants qui lui échappaient jusqu'alors…
En parallèle du programme, Autodistribution et Bosch forment d'ailleurs les distributeurs sur la gestion de cette nouvelle activité, au niveau de la vente de composants et du stock de pièces à plus forte rotation. L'AD prévoit notamment de proposer plusieurs niveaux de pièces, chacune adaptée à une typologie de véhicule. Le client peut ainsi choisir, selon ses désirs et l'âge de sa voiture, entre un composant neuf, un en échange standard, ou un en pièce de réparation. Un procédé rendu possible grâce à Esi[tronic], la base de données de Bosch, intégrée dans les systèmes de diag de l'équipementier. Il y est notamment indiqué, pour chaque pièce, si une offre en échange standard ou en "pièces de réparation" est disponible chez Autodistribution. Et quelle que soit la solution choisie, Bosch garantit la qualité du produit préconisé, tandis que AD reste garant de l'intervention. Deux gages de sécurité, deux forces, l'union sacrée des indépendants face aux constructeurs.


Frédéric Richard

Partager :

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

Pour vous tenir informés de toute l'actualité automobile, abonnez-vous à nos newsletters.
Inscription aux Newsletters
cross-circle