S'abonner
Constructeurs

Voitures autonomes : les Etats-Unis ajustent leurs règles

Publié le 14 mars 2022

Par Christophe Jaussaud
2 min de lecture
Le régulateur américain a fait évoluer sa législation en tenant compte des avancées technologiques des véhicules autonomes. Le volant et les pédales ne seront plus obligatoires.
A l'avenir, les commandes manuelles traditionnelles ne seront plus obligatoires sur les voitures autonomes.
A l'avenir, les commandes manuelles traditionnelles ne seront plus obligatoires sur les voitures autonomes.

L'agence américaine en charge de la sécurité routière (NHTSA) a ajusté certaines de ses règles pour prendre en compte les voitures dotées d'un système de conduite entièrement autonome et n'ayant pas forcément les commandes manuelles traditionnelles comme un volant ou des pédales.

 

Les nouvelles règles sur la protection des occupants d'un véhicule en cas de collision ne partent désormais plus du principe qu'un véhicule aura toujours un siège conducteur et les commandes qui vont habituellement avec. En revanche, elles insistent toujours sur la primauté de la sécurité des occupants, affirme la NHTSA dans un communiqué.

 

"Même si le conducteur n'est plus une personne mais une machine dans les véhicules équipés de système de conduite autonomes, la nécessité d'assurer la sécurité des humains reste la même et doit être intégrée dès le début", a souligné Steven Cliff, administrateur adjoint de la NHTSA, dans un communiqué.

 

Suivre le rythme du développement des systèmes

 

L'actuelle réglementation autorise dans une certaine mesure la vente de véhicules autonomes mais seulement s'ils sont équipés de commandes manuelles redondantes. Les fabricants peuvent sinon demander une exemption à la NHTSA qui, si elle est accordée, les autorise à vendre un nombre limité de véhicules.

 

"En fonction des prochaines étapes décidées par la NHTSA, les constructeurs pourraient éventuellement être autorisés à vendre certains véhicules (équipés de système de conduite autonome et sans commandes manuelles) sans avoir à demander une exemption", a indiqué à l'AFP Bryant Walker Smith, juriste spécialiste de la conduite autonome à l'université Stanford. Cela signifierait "qu'ils pourraient vendre beaucoup plus de ces véhicules que la loi sur les exemptions ne le permet actuellement", a-t-il ajouté.

 

Les nouvelles règles ont été présentées pour la première fois en mars 2020. "Une partie importante de la mission de sécurité du ministère des Transports tout au long des années 2020 sera de garantir que les normes de sécurité suivent le rythme du développement des systèmes de conduite et d'assistance à la conduite automatisée", a souligné le ministère des Transports Pete Buttigieg dans le communiqué. (avec AFP)

Partager :

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

cross-circle