S'abonner
Constructeurs

Val d’Isère 2004 : dans la sérénité

Publié le 17 septembre 2004

Par Marc David
4 min de lecture
Mitigé sur le plan de l'affluence, le bilan du 21e Salon international du 4x4 & loisirs s'avère plus que positif sur le plan commercial. Dans la lignée de l'euphorie régnant actuellement sur le secteur… Placé sous le signe de la diversité et du voyage, le 21e Salon international...
Mitigé sur le plan de l'affluence, le bilan du 21e Salon international du 4x4 & loisirs s'avère plus que positif sur le plan commercial. Dans la lignée de l'euphorie régnant actuellement sur le secteur… Placé sous le signe de la diversité et du voyage, le 21e Salon international...

...du 4x4 & loisirs a fermé ses portes le 22 août. Près de 42 000 visiteurs s'y sont pressés, soit une régression de 15 % par rapport à l'édition 2003. Comme l'explique par ailleurs Raphaël Audhoui, commissaire général du Salon, "ce recul est dû à une baisse globale de la fréquentation touristique en montagne de 8 %, avec un pic à 15 % pour la seule Savoie". Reste que, par le biais des 90 exposants présents dans la plaine de la Daille aux pieds du Funival, jamais autant de catégories différentes de véhicules à 4 roues motrices n'avaient été exposées. De l'utilitaire au tout-terrain pur et dur en passant par le SUV de luxe, tous les modèles étaient représentés. Certes, Volkswagen et Porsche ont déserté la manifestation (momentanément ?). Mais BMW, Renault, Volvo, Toyota, Land Rover, Mitsubishi, Santana, etc. ont bien joué le jeu. Cette année, 23 constructeurs étaient présents, dont 6 pour la première fois ou de retour après plusieurs années. Ils ont réservé leurs exclusivités au Salon, dont une première mondiale et deux européennes (dont le Land Rover Discovery III que nous présentons dans ce même numéro). Les constructeurs présents à Val ont pu ainsi commercialiser près de 300 véhicules au total, dont 76 pour Nissan. Record historique ! Au-delà de cet aspect purement commercial, voici les nouveautés qu'il ne fallait pas rater…


Marc David





QUESTIONS À

Raphaël Audhoui Commissaire général du Salon.

"Nous avons joué un rôle pédagogique important"

Journal de l'Automobile. Quel bilan pouvez-vous tirer de cette 21e édition ?
Raphaël Audhoui. Malgré le "lobby" anti-4x4 régnant actuellement, le Salon est demeuré performant à tous les niveaux, notamment en termes d'image et de notoriété. Les retombées presse ont été spectaculaires, avec en particulier une prise en compte éditoriale du 4x4 plus conséquente au niveau de l'audiovisuel. En outre, le "lobby" anti-4x4 nous a plutôt servis, dans la mesure où bon nombre de visiteurs sont venus "aux nouvelles". Nous avons joué un rôle pédagogique important, sur des bases solides car issues de l'Ademe. Au final, le Salon a enregistré 42 000 entrées, ce qui laisse apparaître une baisse de 15 % par rapport à 2003. Mais il convient de la rapporter à la baisse de 8 % constatée en termes d'affluence touristique en montagne. L'autre aspect positif est la confiance que nous ont accordée les constructeurs en choisissant le site de Val d'Isère pour présenter leurs nouveautés. Les retombées commerciales, bien qu'inégales, prouvent qu'ils ont eu raison. Bien sûr, Nissan bat tous les records avec 75 véhicules, mais Land Rover et Suzuki s'en sortent aussi très bien avec près d'une quarantaine de véhicules chacun.


JA. Le constat a fait l'unanimité, notamment au niveau des plus aguerris. Un manque de dynamisme, voire une certaine désaffection régnait sur l'Espace Killy. Un phénomène flagrant lors de la matinée d'ouverture. Quel est votre sentiment à ce sujet ?
RA. L'analyse est effectivement assez réaliste. Si les essais routiers demeurent importants, voire en progression, les démonstrations sur l'Espace Killy accusent une chute pour des raisons essentiellement budgétaires, ceci compte tenu du coût important de mise à disposition des véhicules (7 622 _ ou 50 000 F minimum, somme qui comprend le salaire du démonstrateur, le transport et la remise en état du véhicule avec en sus l'éventuelle décote, NDLR). Nous devons redonner l'envie aux constructeurs de remonter sur la zone d'essais d'autant que l'impact en termes de ventes est réel, comme l'a prouvé Nissan notamment. Il nous faut retravailler l'image de l'Espace Killy en proposant des activités de loisirs, en rapport avec le sport, le trial et la montagne. En fait, les démonstrations se doivent d'être un peu plus "vivantes". En outre, pourquoi pas, nous pourrions proposer à chaque constructeur un contexte événementiel, basé sur une animation particulière.


JA. Les perspectives d'avenir pour le rendez-vous de Val d'Isère se présentent-elles bien ?
RA. Premier point, les constructeurs ont déjà un programme de lancement de nouveautés établi pour Val d'Isère, avec des partenariats en place. Notamment, le groupe Fiat a prévu de renforcer sa présence en 2005, année qui, logiquement, devrait voir la présentation du nouveau ML Mercedes et du Grand Cherokee. De même, Mitsubishi devrait dévoiler le nouveau Pajero et le Pick-Up lors de l'édition 2006. Le fait que le marché du 4x4 demeure dynamique en termes de lancement de véhicules va incontestablement dans notre sens. Deuxième point, la thématique du voyage et du tourisme en 4x4, qui s'est bien révélée cette année, demeure dans le ton de l'époque. Le public est demandeur et il veut pouvoir juger de lui-même du potentiel des véhicules au-delà d'une utilisation citadine ou autoroutière.

Vous devez activer le javacript et la gestion des cookies pour bénéficier de toutes les donctionnalités.
Partager :

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

cross-circle