S'abonner
Constructeurs

Smart court toujours après la rentabilité

Publié le 21 janvier 2005

Par Tanguy Merrien
7 min de lecture
Lancée en 1998, la marque chic et branchée revendique aujourd'hui plus de 700 000 ventes, avec une progression constante d'année en année. En dépit de ses succès commerciaux, Smart demeure déficitaire depuis sa naissance au point de commencer à créer un certain émoi au sein de l'état-major de DaimlerChrysler....
Lancée en 1998, la marque chic et branchée revendique aujourd'hui plus de 700 000 ventes, avec une progression constante d'année en année. En dépit de ses succès commerciaux, Smart demeure déficitaire depuis sa naissance au point de commencer à créer un certain émoi au sein de l'état-major de DaimlerChrysler....
Lancée en 1998, la marque chic et branchée revendique aujourd'hui plus de 700 000 ventes, avec une progression constante d'année en année. En dépit de ses succès commerciaux, Smart demeure déficitaire depuis sa naissance au point de commencer à créer un certain émoi au sein de l'état-major de DaimlerChrysler....
...Quelles sont les raisons de cet apparent paradoxe ? Qu'est-ce qui ne marche pas chez Smart ? Au vu des déficits accumulés depuis 1998, date de la création de la filiale de DaimlerChrysler, la question mérite d'être posée. Il est à souligner que les chiffres sur les finances de la seule marque Smart ne sont jamais dévoilés par le groupe de Stuttgart, au motif que les comptes de Smart sont consolidés au sein de Mercedes-Benz Car Group qui comprend les marques Mercedes, Maybach et Smart. Sur ce sujet, les différents experts et analystes du monde automobile doivent se contenter de leurs propres estimations. Généralement, ils pensent que Smart perd environ 500 millions d'euros chaque année. La firme germanique reconnaît que sa filiale spécialisée dans les petites urbaines a plombé les résultats de la division Mercedes Car Group sur le troisième trimestre 2004 dont le bénéfice d'exploitation a chuté de 62 %, et de 30 % sur les neufs premiers mois de l'an passé. Ces soucis financiers peuvent paraître, à première vue, quelque peu antinomiques avec la progression des ventes dont peut légitimement s'enorgueillir Smart. Des ventes qui se sont élevées à 139 600 unités en 2004, soit une progression de 21,1 % sur l'année précédente. Certes, l'objectif alors affiché par les dirigeants de DaimlerChrysler était de parvenir à quelque 170 000 ventes. Depuis 1998, Smart a commercialisé environ 700 000 voitures avec une progression constante d'année en année. Pourtant, la marque n'a jamais été bénéficiaire. Ulrich Walker, le nouveau patron de la marque, vient d'ailleurs de déclarer que Smart "devrait dégager des bé[...]

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour accéder à la totalité de l'article abonnez-vous.
Abonnez-vous
Déjà abonné ? Connectez-vous
Partager :

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

cross-circle