S'abonner
Constructeurs

L'UE veut une coopération dans les batteries

Publié le 18 septembre 2017

Par Christophe Jaussaud
2 min de lecture
A l'image d'Airbus, la Commission européenne milite pour la création d'une alliance entre les constructeurs européens afin de produire sur notre sol les indispensables batteries des VE.
A l'image d'Airbus, la Commission européenne milite pour la création d'une alliance entre les constructeurs européens afin de produire sur notre sol les indispensables batteries des VE.
A l'image d'Airbus, la Commission européenne milite pour la création d'une alliance entre les constructeurs européens afin de produire sur notre sol les indispensables batteries des VE.

Le vice-président de la Commission européenne chargé de l'Energie a plaidé lundi pour un "Airbus des batteries", soit une alliance des constructeurs européens pour fabriquer cet élément clé des voitures électriques, dans un entretien au Süddeutsche Zeitung.

Maros Sefcovic propose la création d'un consortium européen pour la fabrication de batteries afin que l'Europe ne soit pas à la traîne. "Concernant la voiture électrique, nous devons reconnaître que les Etats-Unis et la Chine avancent plus vite que nous", a-t-il souligné. "Nous avons besoin d'un Airbus des batteries", a-t-il déclaré au quotidien allemand, en référence à l'initiative d'entreprises venant de France, d'Espagne, de Grande-Bretagne et d'Allemagne dans les années 1970 pour contrer le géant américain de l'aéronautique Boeing.

Après une série d'annonces concomitantes avec le salon international de l'Automobile de Francfort (IAA) ouvert jusqu'au 24 septembre, en particulier de la part de constructeurs allemands, l'offre de modèles tout électriques est appelée à bondir à partir de la prochaine décennie. Mais, pour le moment, les fabricants automobiles européens ne se lancent pas dans la production de cellules de batteries lithium-ion, jugée moins chère en Asie. Or, cette technologie, qui constitue une part importante du coût final d'un véhicule électrique, "est trop importante pour être importée", estime Maros Sefcovic.

"Nous avons des moyens disponibles pour soutenir la recherche, l'infrastructure et le marché de manière général", a-t-il également indiqué. Le Süddeutsche Zeitung évoque la somme de 2 milliards d'euros potentiellement utilisables pour développer les batteries et les motorisations alternatives en Europe. (avec AFP)

Partager :

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

cross-circle