S'abonner
Constructeurs

Kia s’installe en Slovaquie

Publié le 30 avril 2004

Par Alexandre Guillet
5 min de lecture
Après Volkswagen et PSA, c'est au tour de Kia d'implanter un site de production en Slovaquie. Dès 2006, le constructeur coréen y assemblera des véhicules des segments B et C, spécifiquement destinés au marché européen. Avec cette nouvelle usine, Kia compte bien développer ses ventes sur le Vieux...

...Continent.


C'est officiel, la construction de la première usine européenne de Kia Motors vient d'être lancée le 7 avril dernier en présence des dirigeants de la marque coréenne et des représentants du gouvernement slovaque. C'est en effet la Slovaquie qui a été choisie par Kia et plus précisément la petite ville de Zilina, située à 200 kilomètres au nord de Bratislava, la capitale slovaque. L'usine Kia sera le troisième site d'assemblage de véhicules qu'accueillera la Slovaquie, après l'usine Volkswagen à Bratislava, qui produit 280 000 véhicules par an (Polo, Golf et Touareg), et l'usine PSA, encore en construction à Trnava, qui produira environ 300 000 voitures par an à partir de 2006. La présence des deux constructeurs européens a d'ailleurs largement motivé la décision du Coréen. "Le choix de la Slovaquie a été induit par la présence de fournisseurs automobiles, de moyens de transport et de logistique développés du fait des sites de production déjà existants", confirme ainsi Jean-Charles Lievens, vice-président de Kia Motors Europe. D'ailleurs, si le constructeur coréen a emmené avec lui quelques-uns de ses fournisseurs, qui s'installeront également en Slovaquie, il s'est néanmoins fixé pour objectif de s'approvisionner auprès de fournisseurs locaux. "Près de 70 % des composants des véhicules produits en Europe proviendront de fournisseurs européens", prévoit le responsable Europe. En attendant, Hyundai Mobis, la filiale du groupe Hyundai Kia chargée de la distribution de pièces détachées, va s'implanter à proximité de la future usine, pour un investissement de l'ordre de 130 millions d'euros.

Le Coréen investit un milliard d'euros pour construire son usine

Quant au constructeur, pour faire sortir cette nouvelle usine de terre, il va devoir investir près d'un milliard d'euros, dont la moitié sera financée directement par Kia Motors et le reste par des prêts financiers. L'Etat slovaque va également mettre la main à la poche, dans la limite de 15 % de l'investissement total du fait des réglementations européennes. Il s'est notamment engagé à amener l'autoroute jusqu'à l'usine. Celle-ci verra sa construction réellement démarrer à partir du mois de septembre prochain, pour s'achever un an plus tard. Ensuite, une fois l'usine aménagée, viendront les phases de tests de production avant le lancement définitif de l'assemblage, prévu pour la fin 2006. Sur les 166 hectares de terrain achetés par le constructeur, l'usine occupera 16,3 hectares, accueillera quelque 2 800 personnes, produira 200 000 véhicules par an et pourra même aller jusqu'à 300 000 unités si cela s'avérait nécessaire. Des chiffres qui semblent a priori démesurés pour une marque qui n'a écoulé l'an dernier que 127 000 unités, soit moins de 1 % de parts du marché européen. Pourtant, le constructeur coréen nie avoir les yeux plus gros que le ventre et appuie sa stratégie de développement sur sa future gamme de produits. De nouvelles voitures adaptées au marché européen vont en effet rapidement faire leur apparition dans la gamme Kia, qui de 35 % de couverture des segments aujourd'hui, devrait passer à 90 % dans les quelques mois à venir. Ainsi, dès 2005, Kia souhaite vendre près de 300 000 voitures en Europe pour atteindre en 2008, grâce au renfort de l'usine slovaque, les 500 000 unités.





ZOOM

Quelques chiffres sur l'usine


  • Investissement : 1 milliard d'euros
  • Lancement de la production : fin 2006
  • Effectif : 2 800 personnes
  • Surface : 166 hectares dont 16,3 hectares construits
  • Capacité : 200 000 véhicules et 300 000 véhicules en fonction du marché
  • Deux véhicules seront assemblés à Zilina

    L'usine de Zilina assemblera deux véhicules qui seront uniquement destinés au marché européen ; il s'agira de citadines des segments B et C que le centre de recherche et développement Hyundai Kia de Francfort est en train de mettre au point. Elles viendront compléter la gamme Kia qui va commencer à s'enrichir dès les mois d'avril, avec la Picanto (segment A), et de juin, avec la Cerato (segment C). En même temps, les véhicules adopteront désormais des motorisations Diesel au moment de leur lancement, condition sine qua non pour se faire une place sur les marchés européens. A terme, la marque coréenne veut s'imposer comme un véritable compétiteur de constructeurs généralistes tels que Ford ou Opel. "Nous voulons être plus compétitifs sur les produits en offrant des véhicules suréquipés à un prix attractif," explique le vice-président de la marque en Europe. Pour autant, Kia ne veut pas nécessairement être perçue comme une marque discount et mise au contraire sur des sponsorings astucieux afin de redorer son blason. "Nous avons une image de produits de qualité mais pas chers, nous voulons changer cela," reprend Jean-Charles Lievens qui continue : "Nous sponsorisons par exemple la Coupe Davis car nous voulons assimiler notre image à celle des gens qui aiment le tennis, c'est-à-dire un peu plus haut de gamme." La petite marque coréenne ne lésine donc pas sur les moyens, tant industriels que marketing, pour s'implanter plus fortement sur le continent européen. Reste maintenant aux futurs produits de la gamme à faire leur preuve.


    Arnaud Dumas

    Vous devez activer le javacript et la gestion des cookies pour bénéficier de toutes les donctionnalités.
    Partager :

    Sur le même sujet

    Laisser un commentaire

    cross-circle