S'abonner
Constructeurs

Hong Kong, perle de la Chine

Publié le 15 septembre 2006

Par David Paques
9 min de lecture
Emblème de l'occidentalisation chinoise, Hong Kong est, sans conteste, à part dans le tissu économique chinois. A même de profiter du vivier ouvrier de sa "Mère", Hong Kong cultive son esprit d'entreprise et sa compétence technologique. Une alliance qui affuble l'ancienne colonie...
...britannique des mêmes craintes que suscite la Chine. Depuis de longs mois déjà, les regards de l'industrie automobile s'orientent avec méfiance vers l'Asie, son hyper-productivité et ses constructeurs qui, peu à peu, dévoilent leurs cartes sur les marchés européens. Il y a un an, les Geely, Landwind et autres Brilliance faisaient une entrée remarquée au Salon IAA de Francfort. A quelques heures de l'ouverture du Mondial de l'Automobile parisien, jamais les interrogations, quant à la véritable portée de cette industrie, ne se sont autant posées. L'occasion pour nous de nous pencher sur la situation un peu particulière dont jouit Hong Kong au sein de cette boîte de Pandore qu'est la Chine aux yeux de nombreux industriels européens et nord-américains.Mélange de tradition et d'ouverture, le succès de Hong Kong est avant tout fondé sur un libéralisme outrancier. Stigmate identitaire des 155 ans de présence britannique. L'an prochain, l'archipel fêtera les 10 ans de sa rétrocession à la République populaire de Chine. Une fête pour certains, un tournant pour les autres. Car depuis 1997, la situation économique a quelque peu évolué, le taux de chômage a significativement augmenté pour atteindre les 5,2 %. Quant à la croissance, celle-ci est "descendue" à 7 %. Aujourd'hui, le temps des "flat factories" est terminé. Ces multitudes d'ateliers qui pullulaient auparavant dans de nombreux appartements de la ville, ont désormais tourné le dos à la cité portuaire. Les petites manufactures s'en sont allées au Nord, de l'autre côté des "nouveaux territoires". Dans ce que les hong kongais nomment encore "Main land". La Chine, cette "Mère" qui truste aujourd'hui les installations industrielles. A une heure de vol d'Hong Kong, Shenzen est, à ce titre, un exemple de ville champignon construite grâce à la vitalité du secteur primaire. A Hong Kong, en revanche, subsistent les services, les centres décisionnels, mais plus l'once d'un ouvrier. Enfin presque. En 2004, les échanges de biens et services ont ainsi atteint 417 milliards d'euros, faisant de Hong Kong, la 10e puissance commerciale du monde. A ce niveau, l'automobile est un exemple. Le commerce, voilà le quotidien de l'ancienne colonie b[...]

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour accéder à la totalité de l'article abonnez-vous.
Abonnez-vous
Déjà abonné ? Connectez-vous
Partager :

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

cross-circle