S'abonner
Constructeurs

GM se montre optimiste pour 2022

Publié le 3 février 2022

Par Christophe Jaussaud
3 min de lecture
Avec un bénéfice net record enregistré en 2021, à plus de 10 milliards de dollars, GM se veut confiant pour l'exercice 2022. Le groupe américain table sur une amélioration de la disponibilité des semi-conducteurs et des ventes en hausse.
Mary Barra lors du CES 2022. © Steve Fecht pour General Motors.
Mary Barra lors du CES 2022. © Steve Fecht pour General Motors.

Comme le reste du secteur automobile, GM a été affecté tout au long de l'année 2021 par la pénurie de puces électroniques, devenues essentielles à la fabrication des véhicules. Si le groupe n'a pas pu écouler autant de produits qu'anticipé, il a donné la priorité aux véhicules les plus demandés, et les plus rentables, comme les pick-up et les SUV. Résultat : son bénéfice net a atteint un record, à 10,02 milliards de dollars, avec un chiffre d'affaires en hausse de 4 %, à 127 milliards de dollars.

 

"Avec une amélioration des perspectives pour les semi-conducteurs aux États-Unis et en Chine, nous prévoyons que nos résultats 2022 resteront solides", a indiqué la patronne du groupe, Mary Barra, dans une lettre aux actionnaires. L'inflation ne devrait pas ralentir la demande, a aussi affirmé la responsable lors d'une conférence téléphonique avec les analystes. "Au vu de la demande robuste que nous observons, nous pensons qu'il y a de la marge pour plusieurs millions de véhicules supplémentaires", a-t-elle dit.

 

Le groupe s'attend à ce que ses profits restent près des niveaux record atteints en 2021, avec un bénéfice net compris entre 9,4 et 10,8 milliards de dollars et un bénéfice ajusté avant impôt entre 13 et 15 milliards de dollars.

 

A lire aussi : GM va électrifier le Michigan

 

Le constructeur souligne toutefois que ses prévisions sont basées sur l'hypothèse "d'une demande continue et stable pour les véhicules" et "de l'absence de nouveau défi économique ou de nouveaux problèmes de chaîne d'approvisionnement significatifs".

 

"La demande des consommateurs pour les voitures neuves continue de dépasser l'offre, mais l'incertitude persistante pourrait la freiner", a souligné Karl Brauer, du site spécialisé iSeeCars. "Ce n'est clairement pas le meilleur environnement pour pousser une stratégie complète autour des véhicules électriques", a-t-il ajouté.

 

GM devra selon lui trouver, au cours des prochains mois, l'équilibre entre les besoins actuels des automobilistes, qui restent en très grande majorité acheteurs de voitures à moteur thermique, et l'évolution du secteur au cours des prochaines années. Les vénérables constructeurs américains GM et Ford, aiguillonnés par les performances de Tesla à Wall Street et les exigences grandissantes pour limiter les émissions, ont en effet accéléré ces derniers mois leurs investissements dans les véhicules électriques et autonomes.

 

A lire aussi : GM dévoile son Silverado électrique

 

Mary Barra a répété son intention de se concentrer sur ces segments, suggérant que GM pourrait investir encore plus que les 35 milliards de dollars déjà prévus à cet effet. Elle a aussi souligné que le groupe ne prévoyait pas dans l'immédiat de recommencer le versement de dividendes aux actionnaires, suspendu au début de la pandémie. La direction veut "garder le maximum de flexibilité" pour accélérer son électrification, a-t-elle expliqué.

 

Alors que Tesla a récemment indiqué avoir pour l'instant mis de côté son projet de développer une voiture électrique à 25 000 dollars, la responsable a aussi souligné que le lancement d'un véhicule sans émission le plus abordable possible restait dans ses priorités et rappelé à cette occasion le lancement prévu en 2023 d'une Chevrolet Equinox électrique à 30 000 dollars.

 

GM, qui a vendu moins de 25 000 véhicules électriques en 2021, s'est également fixé comme objectif d'en livrer 400 000 en 2022 et 2023. (avec AFP)

Partager :

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

cross-circle