S'abonner
Constructeurs

Aucun groupe n’atteindrait sa cible CO2 en 2021

Publié le 7 février 2020

Par Alice Thuot
5 min de lecture
Après quatre années de baisse, le CO2 moyen des VP neufs vendus en Europe est reparti à la hausse depuis 2018. C’est dans ce contexte que PA Consulting prévoit qu’aucun groupe ne pourrait finalement atteindre son objectif personnalisé en 2021.
Selon les projections de PA Consulting, aucun groupe automobile ne parviendrait à atteindre son objectif personnalisé de 2021.
Selon les projections de PA Consulting, aucun groupe automobile ne parviendrait à atteindre son objectif personnalisé de 2021.

 

Le sujet est omniprésent, l’obsession est permanente : le CO2 est devenu le principal pilier de la construction des stratégies des constructeurs. Et pour cause. Cette année, le mix de véhicules particuliers neufs écoulés sur le Vieux Continent sera décisif pour l’avenir des constructeurs, astreints à atteindre, en 2021, un certain grammage moyen en CO2. C’est dans ce contexte que PA Consulting s’intéresse depuis cinq ans à l’évolution de ce rejet moyen en CO2 des 13 plus importants constructeurs automobiles présents en Europe.

 

Et si, depuis quatre ans, il était constaté une baisse du niveau moyen en CO2, 2018 a marqué une rupture avec cette tendance. Demande pour les SUV, et plus globalement, pour des véhicules plus imposants, manque d’offre du côté des énergies alternatives ont conduit à une hausse du grammage moyen en CO2 émis par les VP neufs. Moyenne qui s’est ainsi établie à 120 g/km… très loin de l’objectif global décidé par l’Union européenne, de 95 g/km, et de ceux imposés à chaque constructeur selon le poids moyen de leurs modèles immatriculés.

 

14,5 milliards d’euros d’amendes potentielles

 

C’est dans ce contexte que PA Consulting est arrivé à une conclusion alarmante : aucun des 13 principaux constructeurs ne parviendrait à rencontrer son objectif personnalisé de 2021. Comme toutes les études, surtout sur ce sujet qui demande des projections extrêmement précises, celle-ci est évidemment à prendre avec beaucoup de précautions. PA Consulting précise tout même sa méthodologie : pour parvenir à cette conclusion, la cabinet a tout d’abord estimé les objectifs personnalisés - gardés secrets par les groupes automobiles -  selon le poids moyen des modèles écoulés. Il a, d’autre part, estimé le niveau de CO2 qui serait affiché par chaque groupe en 2021 en prenant en compte les règles du jeu déjà établies comme la bonification des véhicules émettant moins de 50 g/km, mais aussi plusieurs critères relatifs à la situation de chaque constructeur.

 

Parmi eux, leur plan produit, leur capacité de production, élément qui a d’ailleurs pu déjà être bloquant l’année dernière. PA Consulting s’est également basé sur une projection de mix d’immatriculations selon le type de carburant et de carrosserie pour chaque constructeur. Résultat : les 13 principaux constructeurs présents en Europe pourraient écoper d’une amende totale de 14,5 milliards d’euros. L’ampleur de la sanction donne le tournis. Mais cette dernière concerne toutefois les constructeurs à des degrés différents.

 

 

21,3% du résultat opérationnel de PSA en équivalent amendes

 

Ainsi, Toyota, serait le groupe le plus proche de son objectif, avec une différence de seulement 0,2 g/km entre son grammage estimé en 2021 et son objectif imposé, soit 95,1 g/km contre les 94,9 g/km réclamés. Ce qui soumettrait le japonais à une amende de 18 millions d’euros et seulement 0,1 % de son résultat opérationnel mondial – et non pas européen. PSA se place comme deuxième groupe qui serait au plus près de son objectif 2021 estimé à 91,6 g/km avec un grammage potentiel de 95,6 g/km soit tout de même 4 g/km de CO2 de delta, et une amende de 938 millions d’euros. Soit, tout de même, 21,3 % de son résultat opérationnel. Pour arriver à ces prévisions, PA Consulting a estimé que l’électrique (100 % et plug-in) représenterait 10 % de ses ventes.

 

Renault-Nissan-Mitsubishi s’en sortirait un peu mieux selon cette étude, malgré une différence plus importante entre objectif 2021 et prévisions, soit 4,9 g/km. PA Consulting estime que le groupe atteindrait en 2021 un niveau en CO2 de 97,8 g/km pour un objectif de 92,9 g/km, avec, comme résultat, une amende de 1,057 milliard d’euros soit « seulement », 12,4 % du son résultat opérationnel. La situation serait bien plus dramatique pour certains groupes, à commencer par Jaguar Land Rover. Ce dernier afficherait en 2021 un niveau de 135 g/km contre les 130,6 g/km réclamés, soit une amende de 93 millions représentant 404,3 % de son résultat opérationnel. Autre exemple, celui de Mazda, qui accuserait un delta de 28,7 g/km générant une amende de 877 millions d’euros, soit 115,7 % de son résultat opérationnel. Autant dire que si ces prévisions se révélaient exactes, l’objectif de CO2 européen pourrait signer l’arrêt de mort de certaines marques sur le Vieux Continent.

 

 

Les constructeurs de toute façon contraints par leur moyen de production

 

« Les constructeurs automobiles manquent de temps pour améliorer leurs performances assez rapidement pour éviter les amendes », souligne le cabinet. Ces réglementations européennes imposent effectivement un rythme de progression très rapide, bien trop rapide pour une industrie au cycle produit long. L’étude de PA Consulting montre ainsi que les constructeurs devraient vendre plus de 2,5 millions de véhicules électriques d’ici 2021 pour avoir une chance d’atteindre leur objectif. Ce qui correspond à une augmentation de près de 1 200 % des ventes par rapport à 2018 où 201 068 unités électriques avaient trouvé preneur.

 

Impossible, au regard ne serait-ce que des contraintes de production, sans parler de la demande. « Les nouvelles lignes de production de la Volkswagen ID. 3 par exemple, affichent une capacité de production de 100 000 unités en 2020. Il leur faudrait 26 lignes de productions pour atteindre leur objectif 2021 », conclut PA Consulting.

Partager :

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

cross-circle