Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Le marché américain bien orienté et optimiste pour 2021

Durant le premier trimestre 2021, les ventes de Toyota aux Etats-Unis ont progressé de 21,6 %, à 603 066 unités.

Le marché américain bien orienté et optimiste pour 2021

Porté par les ventes aux particuliers durant le premier trimestre 2021, le marché américain est bien orienté et les chiffres progressent pour la majorité des constructeurs. Mais cette dynamique pourrait être, en partie, cassée par la pénurie de semi-conducteurs.

 

Durement touchés par la crise du coronavirus, les Etats-Unis ont changé de braquet pour assurer la relance. En plus d'une campagne de vaccination massive, le gouvernement s'apprête à valider un plan de relance de 1 900 milliards de dollars. Tous les secteurs de l'économie seront ainsi boostés et l'automobile ne manquera pas d'en tirer parti. Mais pour l'heure, après un trimestre d'activité, la situation n'est déjà pas mauvaise avec des ventes en hausse pour de nombreux acteurs du marché. Toyota et, dans une moindre mesure General Motors, Stellantis et Ford, ont vu leurs ventes de voitures progresser aux Etats-Unis au premier trimestre 2021 grâce à la forte demande des particuliers, mais la pénurie de puces électroniques plane sur la production.

 

Toyota porté par les énergies alternatives

 

Les ventes du groupe japonais se sont envolées de 21,6 % de janvier à mars dans le pays pour atteindre 603 066 unités. L'entreprise met particulièrement en avant le bond de 152 % des ventes de ses voitures hybrides, électriques et à piles à combustibles sur le trimestre. En mars, cette catégorie de véhicules représentait 24 % des ventes totales du groupe dans le pays.

 

GM croit en la reprise

 

GM a de son côté vu ses ventes progresser de 4 %. Le groupe profite d'une demande importante de la part des particuliers et des petites entreprises (+19 % sur un an) et s'attend à ce que cette tendance persiste. "La confiance des consommateurs et les dépenses continueront d'augmenter en raison du plan de relance, de la hausse des taux de vaccination et de la réouverture progressive de l'économie", a estimé l'économiste en chef de GM Elaine Buckberg. "La demande automobile devrait rester solide pendant le reste de l'année", a-t-elle prédit. Les ventes aux flottes des collectivités, de l'Etat, des grandes entreprises et des loueurs de voitures ont en revanche chuté de 35 %. GM a écoulé au total aux Etats-Unis 642 250 unités de janvier à mars.

 

Bilan mitigé pour Ford et Stellantis

 

Dans la même veine, les ventes de la branche américaine de Stellantis ont progressé de 5 %, portées par un bond de 25 % des ventes au détail. Elles ont atteint au total 469 651 unités. La demande a augmenté pour les marques Jeep, Ram et Chrysler mais a fortement baissé pour la marque Dodge (-28 %). Chez Ford, les ventes de véhicules ont tout juste progressé de 1 %, pour atteindre 521 334 unités, soutenues par les ventes au détail (+23 %). Le groupe cherchant à se concentrer sur les véhicules plus gros, et plus rentables, a vu ses ventes de citadines et berlines reculer de 57 % tandis que celles de SUV ont progressé de 15 % et celles de pick-up de 5 %.

 

Pression sur les stocks

 

Après un coup d'arrêt au printemps 2020, quand la propagation du virus avait conduit à la fermeture temporaire des usines et de nombreux concessionnaires, la demande pour les voitures a progressivement repris aux Etats-Unis. Selon des estimations du cabinet spécialisé Cox diffusées en décembre 2020, les ventes totales de véhicules dans le pays au premier trimestre devraient augmenter de 8,7 % par rapport à la même période en 2020 mais s'afficher en baisse de 4,9 % par rapport au premier trimestre 2019.

 

GM a toutefois prévenu que sa production restait entravée par la pénurie de puces électroniques qui touche l'ensemble du secteur automobile. La société "construit certains véhicules sans certains modules quand c'est nécessaire. Ils seront complétés dès que les semi-conducteurs seront disponibles en plus grande quantité", explique un communiqué. Elle espère pouvoir rattraper son retard de production "au second semestre".

 

Entre la forte demande et les problèmes dans les usines, les stocks de GM ont été divisés par près de deux par rapport à la même période l'an dernier, pour descendre fin mars à 334 628 unités. "Même si le faible niveau des stocks n'a pas eu beaucoup d'impact sur les acheteurs au premier trimestre, cela changera probablement à mesure que nous entrerons au deuxième trimestre", a souligné l'économiste de Cox, Charlie Chesbrough, dans une récente note. "Les problèmes qui perturbent actuellement la production vont continuer à peser sur les stocks au cours des prochains mois", a-t-il souligné. (avec AFP)

Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
Vincent Cobée, Citroën :

Avec la C5X, Citroën signe son retour sur le segment des grandes berlines, quatre ans après l'avoir quitté. Produite en Chine, comme la DS9, la C5X sera commercialisée en Europe à l'automne 2021.

François Larher, Audi :

En charge de l'activité occasion chez Audi France depuis octobre 2020, François Larher fait le point sur les dernières évolutions du label Audi Occasion:Plus et sur les ambitions de la marque aux anneaux

Renault affiche une part de marché en baisse mais se dirige vers des ventes saines

Renault continue de réorienter sa stratégie commerciale avec une baisse des immatriculations tactiques, ce qui explique sa part de marché en retrait depuis le début de l'année 2021. Une phase difficile

Le réseau Opel n’accepte plus les objectifs inatteignables !

Pour la première fois, le réseau Opel a affiché, en 2020, une rentabilité négative qui s'est encore fortement détériorée depuis le début de l'année. Michel Maggi, président du GNCO, va réunir

La Cour suprême autrichienne juge illégaux les contrats de distribution Peugeot

En Autriche, Peugeot vient de perdre en dernière instance face à un concessionnaire qui accusait le constructeur d'abus de position dominante. La Cour suprême de Vienne donne trois mois à Peugeot pour

Seres, l'autre marque chinoise qui veut se déployer en France

Seres, la marque chinoise appartenant à Dongfeng, poursuit son développement en France. Deux modèles électriques seront proposés en 2021 pour un objectif de 80 distributeurs sur le territoire.

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page