Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page

Pour les distributeurs français, le gel des lancements de produits signifie clairement la fin de la marque en Europe.

"Mitsubishi, c’est fini" : les distributeurs s'expriment

Le choc est total pour le réseau français Mitsubishi. Après une période d'euphorie durant laquelle le constructeur multipliait les nominations, vient le temps de la désolation. Le japonais a annoncé le gel des lancements en Europe, synonyme, pour le réseau, de désertion.

 

C'est une nouvelle à laquelle personne ne s’attendait vraiment. Hier, lundi 27 juillet, le conseil d’administration de Mitsubishi annonçait, à travers une salve de quatre communiqués, son plan triennal "Small but Beautiful". Un joli nom qui n’augurait toutefois rien de beau pour les distributeurs européens. Et pour cause : parmi ces quatre missives, l’une signait en filigrane l’arrêt de mort de la marque en Europe. Mitsubishi y annonçait le gel des lancements des nouveaux produits sur le Vieux Continent.

 

"Nous aurions préféré d’autres nouvelles, c’est certain", commente Jean-Paul Gonguet, le président du groupement des concessionnaires Mitsubishi. Un choc, inattendu, d’autant plus que les résultats du constructeur, en France et en Europe, donnaient satisfaction ces derniers mois, portés par un Outlander PHEV bien placé, et en France, dans le contexte de prime à la conversion, par la citadine SpaceStar. Mais ces deux piliers ne suffiront clairement pas à assurer la pérennité de la marque qui ne lancera donc pas comme prévu son Eclipse Cross PHEV, sur lequel les distributeurs plaçaient beaucoup d’espoirs, ainsi que le remplaçant de l'Outlander, en hybride rechargeable également.

 

Une dynamique cassée net

 

Une stratégie qualifiée d’insensée par les distributeurs. Ces derniers fustigent une décision de Nissan, sans concertation avec les parties prenantes européennes, dont l’importateur Emil Frey, mais aussi les représentants de la marque et, bien sûr, le réseau. "C’est aberrant, commente David Gaist, patron du groupe GCA, qui construit, en ce moment même, une nouvelle concession flambant neuve à Nantes. Surtout qu’on nous a promis monts et merveilles. Nous ne pensions pas que la marque allait partir d’Europe. Mais rester avec deux produits vieillissants et aucun plan produit à venir est clairement impossible."

 

La nouvelle était effectivement pour le moins inattendue, alors que le constructeur a multiplié les nominations en France ces derniers mois. "Mitsubishi France a pour politique de nommer des concessionnaires dans les open point, en demandant au réseau d’investir dans les forces commerciales. En clair, de mettre le paquet pour préparer l’avenir et atteindre l’ambition des 15 000 unités vendues par an", reprend Jean-Paul Gonguet. Les nouveaux partenaires en question sont effectivement les premiers sonnés. "Je pense que personne n’y croyait au regard du dynamisme du réseau. Mais la vérité d’un jour n’est pas celle de demain. Sans nouveaux produits, l’histoire se termine ici, complète Philippe Dugardin, qui vient tout juste, comme cinq autres partenaires, d'accrocher le panneau du japonais. Nous avons intégré la nouvelle hier, et avons immédiatement stoppé nos investissements. Et c’est d’autant plus déceptif que la marque fonctionnait très fort depuis la fin du confinement. Nous n’avons pas beaucoup de produits certes, mais ils fonctionnaient bien."

 

Changer son fusil d’épaule

 

Certains distributeurs soulèvent toutefois des réserves sur cette dynamique. "Chez nous, Mitsubishi arrivait à peu près à l’équilibre grâce à la prime à la casse qui générait des ventes de SpaceStar. Mais l'équilibre est surtout dû au fait que nous n’avons pas réellement de conditions d’exploitation. La marque est installée entre deux hall, les loyers sont faibles volontairement. On voyait bien que le fonctionnement était un peu bancal", détaille David Gaist. Seule et petite consolation, Mitsubishi représente, dans la plupart des cas, de faibles volumes de ventes. La stratégie du multimarquisme, adoptée massivement par les partenaires, devrait leur permettre de changer rapidement leur fusil d’épaule et de réallouer les moyens investis, même si la déception est bien présente. "Les concessionnaires du groupement en ont les bras qui tombent. Après, chaque cas est différent : certains d’entre eux vivent beaucoup avec Mitsubishi, d’autres, multimarques en dépendent moins", commente Jean-Paul Gonguet. 

 

Cas à part toutefois d’Emil Frey qui assure l’importation de Mitsubishi dans toute l’Europe, et pour qui la pilule risque d’être beaucoup difficile à avaler. Et les négociations avec le réseau, de ce fait, s'annoncent plutôt âpres. Patrick Gourvennec, le patron de la filiale France a, en tout cas, promis des discussions avec chaque partenaire afin de faire le point sur l’avenir. Une réunion d’information doit également se tenir d’ici la rentrée entre la marque et le réseau.

Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
Mitsubishi gèle le lancement de ses modèles pour le marché européen

Coup dur pour les distributeurs européens Mitsubishi. Le conseil d’administration du constructeur japonais a pris une série de décisions dans le cadre de son plan de rationalisation. Le fil rouge

La newsletter du Journal de l'Automobile revient le 24 août 2020

Toute l’équipe du groupe Le Journal de l’Automobile vous souhaite de passer un bel été et vous donne rendez-vous dès le lundi 24 août 2020.

Renault a perdu un tiers de ses ventes mondiales au premier semestre 2020

La pandémie de Covid-19, et ses conséquences sur l’industrie et le commerce, ont fait perdre au groupe Renault plus d’un tiers de son volume de ventes mondial sur les six premiers mois de l’année

Jean-Philippe Imparato :

Alors que Peugeot a vu ses ventes reculer de 42 % dans le monde sur le premier semestre 2020, son directeur avance une hausse de 42 % des commandes sur le seul mois de juin, dont 17 % concernent les modèles

Central Autos reprend la marque Seat du groupe Magris à Vienne

Seat sera désormais distribuée par Central Autos, qui a repris le fonds de commerce au groupe Magris. La société, dirigée par Jean-Patrick Coquillat, implante la marque dans le pôle automobile au sud de Vienne,

L’Ami arrive enfin dans le réseau Citroën

Après l'avoir proposé à la commercialisation au sein des enseignes Fnac et Darty, Citroën confie enfin son quadricycle électrique à son réseau de distributeurs. Plus de cent partenaires ont été

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page