Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Report des augmentations salariales : la justice dit non à Michelin

11 % des effectifs, soit 1 770 salariés, ont répondu favorablement à cette demande de la direction.

Report des augmentations salariales : la justice dit non à Michelin

Alors que le groupe tricolore souhaitait reporter à 2021 les augmentations de salaires promises dès cette année, le tribunal de Clermont-Ferrand a invalidé cette décision, la jugeant illicite dans le cadre d'un accord collectif.

 

Saisi en référé par le syndicat CFE-CGC, le tribunal de Clermont-Ferrand a rejeté le report à 2021 des augmentations prévues cette année chez Michelin. Cet ajournement a fait l'objet d'un appel au volontariat après que l'entreprise eut échoué à faire signer par les organisations syndicales un avenant à l'accord collectif. Contacté par nos confrères de l'AFP, Michelin a annoncé sa décision de faire appel.

 

Le manufacturier a estimé que ses arguments étaient fondés juridiquement, mais a également indiqué qu'il appliquerait les augmentations sans revenir dessus. Après le coup porté à l'entreprise par la crise sanitaire, Michelin avait soumis aux syndicats un avenant à l'accord collectif proposant de reporter d'un an les augmentations négociées en France, à l'exclusion des rémunérations les moins élevées, dans un souci de "cohésion sociale avec les autres pays du groupe" où ce gel a été appliqué.

 

Seule la CFDT était d'accord

 

Seule la CFDT a signé cet avenant, qui était assorti d'une clause de "retour à la bonne fortune", conduisant la direction à lancer le 20 avril 2020 un appel au volontariat dans une note adressée aux salariés concernés. Selon la CFE-CGC, 11 % des effectifs, soit 1 770 salariés y ont répondu favorablement. Le tribunal a jugé cet appel à volontaires illicite et estimé qu'un salarié ne peut pas individuellement renoncer à un accord collectif qui lui est plus favorable, indique le syndicat.

 

Les salariés concernés se verront donc appliquer, sur la paye de septembre 2020, les augmentations qu'ils avaient accepté de reporter à 2021, avec effet rétroactif au 1er mai. (Avec AFP).


 

Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles

Le choc est total pour le réseau français Mitsubishi. Après une période d'euphorie durant laquelle le constructeur multipliait les nominations, vient le temps de la désolation. Le japonais a annoncé

Mitsubishi gèle le lancement de ses modèles pour le marché européen

Coup dur pour les distributeurs européens Mitsubishi. Le conseil d’administration du constructeur japonais a pris une série de décisions dans le cadre de son plan de rationalisation. Le fil rouge

La newsletter du Journal de l'Automobile revient le 24 août 2020

Toute l’équipe du groupe Le Journal de l’Automobile vous souhaite de passer un bel été et vous donne rendez-vous dès le lundi 24 août 2020.

Renault a perdu un tiers de ses ventes mondiales au premier semestre 2020

La pandémie de Covid-19, et ses conséquences sur l’industrie et le commerce, ont fait perdre au groupe Renault plus d’un tiers de son volume de ventes mondial sur les six premiers mois de l’année

Jean-Philippe Imparato :

Alors que Peugeot a vu ses ventes reculer de 42 % dans le monde sur le premier semestre 2020, son directeur avance une hausse de 42 % des commandes sur le seul mois de juin, dont 17 % concernent les modèles

Central Autos reprend la marque Seat du groupe Magris à Vienne

Seat sera désormais distribuée par Central Autos, qui a repris le fonds de commerce au groupe Magris. La société, dirigée par Jean-Patrick Coquillat, implante la marque dans le pôle automobile au sud de Vienne,

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page