Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
BorgWarner réduit la voilure dans l’Hexagone

En 2010, BorgWarner avait investi 10 millions d’euros dans de nouvelles lignes d'assemblage, d'usinage et de tests afin de répondre à des commandes en hausse.

BorgWarner réduit la voilure dans l’Hexagone

L’équipementier américain annonce la fermeture de son site de production d'Eyrein, en Corrèze, d'ici au premier trimestre 2022. La direction justifie cette décision par la baisse des commandes depuis cinq ans.

 

Mauvaise nouvelle pour les 366 salariés de l’usine BorgWarner d'Eyrein (19). Ce 25 juin 2020, ces derniers ont été informés, lors d'un Comité social et économique (CSE), de la fermeture prochaine de leur site. Selon un communiqué de la direction, "les volumes de commandes de l'usine n'ont cessé de décliner continuellement depuis 5 ans". Résultat : son chiffre d'affaires a chuté de plus de 40 % entre 2017 et 2019 et elle devrait faire face à des pertes de l'ordre de 6,8 millions d'euros pour la seule année 2020 selon des chiffres dévoilés par le groupe.

 

Implantée dans le bassin industriel de Tulle depuis 1995, BorgWarner y produit des modules de commandes pour boîtes de vitesse pilotées, principalement pour le groupe Volkswagen. En 2014, l'usine comptait encore 519 salariés en CDI et près de 200 intérimaires.

 

"Une catastrophe industrielle" pour la région

 

Cette fermeture représente, selon Bernard Combes, maire de Tulle, une "catastrophe industrielle" et "un séisme ". "Comment pourrait-il (l'Etat, ndlr) admettre qu'une entreprise, de près de 400 personnes soit purement et simplement fermée alors que des fonds publics lui ont été versés ?", a réagi de son côté l'ancien député-maire de Tulle François Hollande, auprès du journal La Montagne. L'ancien président fut, lorsqu'il était maire de Tulle, l'un des artisans du transfert de BorgWarner de Tulle vers le site de la Montane. L'entreprise avait alors bénéficié d’aides financières importantes des collectivités locales.

 

Précisons qu’un CSE extraordinaire est prévu le 1er juillet prochain et les négociations entre la direction et les organisations syndicales doivent commencer le lendemain pour une durée de quatre mois. Quant aux licenciements, ils commenceront dès le 1er janvier 2021. (Avec AFP)

Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
Hyundai : le pari payant de l'électrification

Le constructeur a connu depuis le déconfinement un volume d'activité qualifié d’extraordinaire. La conséquence d'une stratégie décidée pendant la crise : miser plus que jamais sur ses modèles

Carlos Gomes à la direction générale de BYmyCAR

Le groupe BYmyCAR ouvre pour la première fois de son histoire son capital au management et accueille à cette occasion un nouvel homme fort, Carlos Gomes, qui en devient directeur général.

Daimler souhaite vendre l'usine d'Hambach

Le groupe allemand, qui fabrique des Smart depuis 1998 en Moselle, vient d'annoncer son intention de vendre le site d'Hambach. Cette usine devait pourtant produire des modèles électriques de Mercedes.

Ivan Segal, Renault :

En juin 2020, le groupe Renault a gagné 1,5 point de part de marché avec 71 612 immatriculations, en hausse de 6,5 %. Les marques Renault et Dacia profitent pleinement de la prime à la conversion qui pèse

PSA Retail ferme 11 sites sur sa plaque parisienne

La filiale de distribution du groupe PSA annonce une réorganisation de sa présence en région parisienne. 11 sites seront fermés et les salariés redéployés dans les 25 succursales en périphérie

Peugeot condamné en Autriche pour abus de position dominante

Le tribunal des ententes de Vienne a condamné Peugeot pour abus de position dominante et restriction de la liberté de prix, face à un concessionnaire de la marque. Le constructeur devrait faire appel

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page