Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Navya accuse un très net repli en 2019

Le chiffre d'affaires de Navya a fondu de 21 % en 2019, notamment en raison d'un effet de base comprenant la vente de 10 navettes.

Navya accuse un très net repli en 2019

Comme le laissaient pressentir les résultats commerciaux publiés un peu plus tôt dans l'année, l'exercice 2019 de Navya s'est soldé par un net recul du chiffre d'affaires. Dans un contexte sectoriel rendu compliqué, les principaux indicateurs ont viré au rouge.

 

La phase de transition vers une entreprise de service aura eu un impact négatif sur les comptes de Navya. Le groupe lyonnais spécialisé dans les navettes autonomes a dévoilé un bilan peu reluisant pour son année 2019. Avec un total de 15,016 millions d'euros, le chiffre d'affaires s'affiche en repli de 21 % par rapport à 2018. Certes, cette année de référence avait été marquée par la vente exceptionnelle de 10 navettes pour le programme Avenue, mais cela n'explique pas tout. Après avoir été de 3,416 millions d'euros, la marge brute passe dans le négatif et le groupe perd 179 000 euros.

 

Les frais de ventes et de marketing ont légèrement augmenté, passant de 5,22 millions à 5,42 millions d'euros. Mais surtout, Navya a réalisé de lourds efforts de R&D, en augmentant le budget de 88,1 %, à 8,85 millions d'euros. Le bilan du constructeur de navettes faisant état d'un résultat opérationnel courant en perte de 23 millions d'euros, contre une perte de 14 millions, en 2018. Autres charges comprises, le résultat opérationnel atteint -31,17 millions d'euros, contre -18,18 millions d'euros, l'an passé. Le résultat financier passe de fait dans le rouge, à -1,14 million d'euros, quand il était positif, un an auparavant, à 33 000 euros.

 

Dans son bilan 2019, Navya rapporte un résultat net négatif de 32,32 millions d'euros (-18,14 millions en 2018). Un exercice qui entamé la trésorerie du groupe. Les ressources du groupe lyonnais qui a enchainé les lancements au second semestre perdent 2,3 %, à 18,9 millions d'euros. Cela n'a toutefois pas émoussé la volonté du spécialiste de poursuivre les tests démarrés en 2019 sur son véhicule AUTONOM Tract, développé en collaboration avec Charlatte Manutention pour le transport de biens.

 

"En 2020, NAVYA poursuivra ses investissements dans le développement de sa technologie et réaffirme son ambition d’être l’acteur de référence pour la fourniture de systèmes de conduite autonome de niveau 4", a commenté Etienne Hermite, le président du directoire, qui se dit fort d'une structure financière renforcée, notamment depuis la finalisation de l'accord avec ESMO portant sur une émission obligataire.

Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
Pas de Mondial de l'Auto à la porte de Versailles en 2020

Le Mondial de l'Auto, prévu du 29 septembre au 11 octobre 2020 à la porte de Versailles à Paris, n'aura pas lieu. Seuls les événements Movin'On, Smart City et les manifestations dans Paris sont, pour

Chômage partiel : comment ça marche ?

Quelles sont les conditions de mise en oeuvre du dispositif de chômage partiel ? Quels sont les motifs acceptés et qui peut en bénéficier ? Le CNPA a analysé l'ensemble des ordonnances parues au Journal

25 ordonnances pour la sauvegarde de l'activité économique

Le gouvernement a annoncé les 25 mesures qui viennent compléter l'état d'urgence sanitaire. Report de charges, étalement des dépenses, fonds de solidarité... Voici le détail des solutions économiques

Automobile : dans l'attente du décret sur le chômage partiel

Les réparateurs qui ne peuvent ouvrir faute de clients ou de protections suffisantes pourront-ils prétendre au chômage partiel ? L'inquiétude grandit dans les réseaux en attendant le décret d'application.

Deux tiers des entreprises de l'artisanat auto ont fermé leurs portes

D'après la FNA, 67 % des entreprises ont été contraintes de stopper leur activité et les trois quarts de leurs salariés ont été placés en chômage partiel. Le CNPA déplore quant à lui le manque

Le marché pourrait perdre trois quarts de son volume en mars 2020

Avec 59 493 immatriculations enregistrées au 17 mars 2020, celles-ci pourraient chuter de plus de 70 % sur le mois complet. En mars 2019, 225 818 cartes grises avaient été enregistrées.

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page