Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
ZF se lance dans la production de la navette autonome e.Go Mover

ZF se lance dans la production de la navette autonome e.Go Mover

Le partenariat entre ZF et e.Go Mobile prendra forme en 2019. La navette autonome qui découle du travail de développement entre l'équipementier et le constructeur allemand va entrer en production, dès l'an prochain, avec de fortes ambitions.

 

Valeo a Navya, Bosch a EasyMile, ZF aura désormais e.Go Moove. L'équipementier allemand a confirmé, ce 28 juin 2018, la mise en production prochaine d'une navette de transport autonome de niveau 4, née de la co-entreprise fondée avec son compatriote e.Go Mobile. Baptisée E.Go Mover, elle sera présentée plus officiellement au salon IAA d'Hanovre, en septembre.

 

L'homologation comme véhicule de transport de type bus autonome de niveau 4 doit être obtenue en fin d'année 2018, afin de lancer la commercialisation en 2019. e.Go Moove a dimensionné son outil de production de sorte à avoir la capacité d'assembler 10 000 exemplaires d'e.Go Mover par an. Une ambition motivée par l'engouement des sociétés de transport pour les navettes automatisées. L'usine a été aménagée à Aix-la-Chapelle, le fief d'e.Go Mobile.

 

Les personnes et ensuite les biens

 

L'accord prévoit que ZF intervienne en tant que fournisseur de systèmes. L'équipementier apporte à la fois la plateforme et la batterie de capteurs, notamment les caméras, les radars et les lidars. e.Go Mobile, qui construit par ailleurs une petite voiture électrique, e.Go Life, a fait appel à Rehau pour proposer différents types de carrosseries et d'aménagements. A noter qu'en raison de son niveau d'automatisation de niveau 4, il existe toujours une cabine avec des commandes pour le conducteur, tenu de reprendre la main en cas de situation critique.

 

"Nous allons commencer par le marché du transport de personnes avant de nous ouvrir à celui du transport de biens, en 2020 ou 2021", confie Thorsten Sauren, l'expert commercial d'e.Go Mover. En priorité, la navette autonome e.Go Mover visera donc des opérateurs désireux de proposer un service mobilité en zone urbaine, notamment les banlieues des métropoles et les nouveaux quartiers en mal de solutions de transport. Le constructeur annonce une autonomie de dix heures pour cette navette électrique et une vitesse de circulation pouvant atteindre 70 km/h.

Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
L’Europe envisage de réduire de 30 % les rejets de CO2 en 2030

Le 10 juillet, les députés des commissions Transports et Industrie ont examiné le texte relatif aux objectifs des émissions de CO2 post 2020. Avec, à la clé, une baisse attendue de 30 % d’ici 2030,

PGA entre dans le groupe Bernard !

Avec le retrait du groupe Alcopa de toutes activités retail en Europe, PGA reprend les 40 % de participation du groupe belge et entre ainsi dans le capital de l'entité gérée par Jean-Patrice Bernard.

Paris et Renault officialisent leur union

Comme attendu, la Ville de Paris et le constructeur tricolore ont posé les bases de l'après Autolib. D'ici septembre, Renault déploiera dans la capitale une nouvelle offre de mobilité combinant un service

Rendez-vous en 2018

Votre newsletter quotidienne fait une pause hivernale. La rédaction du Journal de l'Automobile vous souhaite de joyeuses fêtes de fin d'année. Retrouvez-nous dès le 2 janvier 2018 !

Peugeot sur la piste des Genius

Une expérimentation a lieu dans le réseau français de Peugeot. Sur un modèle proche des Genius de BMW, la marque souhaite évaluer la pertinence de conseillers en amont du parcours d'achat.

Mitsubishi se positionne déjà dans l'Alliance Renault-Nissan

Depuis le Tokyo Motor Show, Mitsubishi a précisé les contours de son intégration dans l'Alliance, son apport s'articulant notamment autour de quatre axes. Trevor Man, COO de Mitsubishi Motors nous en dit plus.

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page