S'abonner
Services

Superéthanol : seuls 6 000 boîtiers de conversion déclarés depuis 2018

Publié le 6 décembre 2019

Par Saïda DJERRADA
3 min de lecture
Selon la Direction générale de l’énergie et du climat, seuls 6 000 boîtiers de conversion à l’E85 ont été installés depuis 2018. Un chiffre bien différent de celui relevé par les fabricants.

 

La transition énergétique passe aussi par la promotion des biocarburants. En effet, si l’Union européenne a fortement induit l’électrification des véhicules, elle promeut également l’essor de carburants alternatifs. Ainsi, selon la directive du 11 décembre 2018, les Etats membres doivent relever au moins 14 % d’énergie renouvelable, en l’occurrence le bioéthanol et biogazole, dans la consommation finale d’énergie du secteur des transports, à l’horizon 2030.

 

En ce qui concerne le bioéthanol, l’Etat français a notamment mis en place un système d’homologation pour faire émerger une offre plus dense de boîtiers de conversion. Désormais, 4 fabricants en proposent parmi lesquels Biomotors, Flexfuel Energy Development, Borel et ARM Engineering. L’intérêt grandissant des Français pour ces boîtiers ne se dément pas puisque les acteurs du marché tablent sur des installations toujours plus nombreuses.

 

L'E85 utilisé sans boîtier de conversion 

 

Ainsi le leader, Biomotors, revendiquait l’installation de 15 000 boîtiers en 2018 et ambitionne d’atteindre 2 500 unités mensuelles cette année. Flexfuel Energy Development indique de son côté 5 000 véhicules équipés en 2018. Des chiffres, cumulés par les deux plus importants acteurs du marché, qui sont bien loin de ceux relevés par la Direction générale de l’énergie et du climat (DGEC).

 

Selon un rapport d’information du Sénat, réalisé par un groupe de travail sur les biocarburants, la DGEC n’a rapporté que 6 000 dispositifs homologués mis en place depuis 2018. Cette différence s’explique, selon les professionnels de la filière, par le fait notamment que bon nombre d’usagers n’ont pas fait les démarches nécessaires pour déclarer la mise en place du kit de conversion et ainsi modifier leur carte grise.

 

En outre, la DGEC constate également une autre différence, plus inquiétante encore. "La consommation de superéthanol E85 est nettement supérieure à ce que les véhicules connus comme flexibles peuvent consommer. De nombreux consommateurs utilisent l’E85 mélangé à différents taux dans le réservoir de leur véhicule essence classique", relève la Direction. Une pratique risquée puisqu’elle pourrait entrainer la dégradation du moteur "et in fine un enjeu de sécurité routière", note la DGEC.  

 

En effet, la consommation à la pompe a explosé en moins de deux ans, ce qui n’est pas en adéquation avec le nombre de boîtiers déclarés. Entre 2017 et 2018, la consommation a augmenté de 55 %. Par ailleurs, la Collective du bioéthanol indique une croissance de 87 % sur les 12 derniers mois, avec un pic de consommation relevé en octobre à 34 millions de litres.

Vous devez activer le javacript et la gestion des cookies pour bénéficier de toutes les fonctionnalités.
Partager :

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

cross-circle