S'abonner
Distribution

Un avenir pour pour les agents

Publié le 16 décembre 2005

Par Alexandre Guillet
4 min de lecture
Les agents sont encore trop peu sollicités pour vendre des automobiles. Il y a pourtant des créneaux sur lesquels un agent sera plus efficace qu'un concessionnaire… La complexification des produits et la nécessité, pour les constructeurs, de rentabiliser des concessions hypertrophiées...
Les agents sont encore trop peu sollicités pour vendre des automobiles. Il y a pourtant des créneaux sur lesquels un agent sera plus efficace qu'un concessionnaire…
La complexification des produits et la nécessité, pour les constructeurs, de rentabiliser des concessions hypertrophiées...
Les agents sont encore trop peu sollicités pour vendre des automobiles. Il y a pourtant des créneaux sur lesquels un agent sera plus efficace qu'un concessionnaire… La complexification des produits et la nécessité, pour les constructeurs, de rentabiliser des concessions hypertrophiées...
...font que les réseaux d'agents sont devenus "excessivement superflus", comme on dit en français post moderne. Bien sûr, tout le monde n'est pas logé à la même enseigne : il y a une dichotomie entre les agents qui peuvent se permettre une formation technique qui coûte du temps et de l'argent, et les autres. Les premiers ont un avenir tout tracé : ils peuvent demeurer ou devenir réparateurs agréés d'une ou plusieurs marques. Ce n'est pas forcément la panacée, il s'agit même d'un avenir fragile… mais il existe. Les autres, ceux qui n'ont pas les moyens d'assurer leur formation, dépendent de la bonne volonté des marques qu'ils représentent. C'est pour cela qu'on essaie de régler la question au moyen de solutions encore incertaines mais porteuses d'espérance, comme la réparation multimarque à bon marché :[...]

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour accéder à la totalité de l'article abonnez-vous.
Abonnez-vous
Déjà abonné ? Connectez-vous
Partager :

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

cross-circle