S'abonner
Distribution

Contrôle Technique : Des mutations indispensables

Publié le 17 décembre 2004

Par Christophe Jaussaud
8 min de lecture
Encore relativement jeune, le contrôle technique n'a pas échappé au développement incontrôlé qui caractérise les secteurs à fort potentiel. Aujourd'hui, la frénésie des ouvertures de centres semble appartenir au passé, mais attention à la rechute si la réglementation évolue à nouveau. L'approche...
Encore relativement jeune, le contrôle technique n'a pas échappé au développement incontrôlé qui caractérise les secteurs à fort potentiel. Aujourd'hui, la frénésie des ouvertures de centres semble appartenir au passé, mais attention à la rechute si la réglementation évolue à nouveau. L'approche...
Encore relativement jeune, le contrôle technique n'a pas échappé au développement incontrôlé qui caractérise les secteurs à fort potentiel. Aujourd'hui, la frénésie des ouvertures de centres semble appartenir au passé, mais attention à la rechute si la réglementation évolue à nouveau. L'approche...
...du papy-boom et l'emploi sont également des dossiers urgents. La dernière évolution réglementaire du contrôle technique qui date de 1996, en modifiant notamment la périodicité de ce dernier, avait eu pour principale conséquence une augmentation de l'activité, de l'ordre de 80 à 85 %, selon Bernard Bourrier, P-dg d'Autovision. Si cet aspect est plutôt réjouissant pour les patrons de centres, cette évolution a été le véritable point de départ d'une course à l'armement. "Mais depuis un an et demi environ, la courbe de l'activité tend à se stabiliser, tout comme celle des créations de centres, précise le P-dg d'Autovision. Cependant, fort de ce constat, si nouvelle modification de la périodicité il y a, l'ensemble des acteurs de la profession doit réfléchir s'il est plus pertinent de relancer la course à l'échalote ou relancer le nombre moyen de visites par centre." "Tout cela dépendra de notre attitude, affirme Richard Azam, P-dg de Maaf Auto Sécurité, surtout que nous trouvons déjà un nombre de centres implantés trop important par rapport à l'activité actuelle." Pour Bernard Bourrier, la réflexion devra plus porter sur l'existant. "Si, effectivement, on envisage de toucher à la périodicité, je ne suis pas sûr qu'il soit très sain de relancer la création de centres, indique-t-il. Il est plus important de créer des emplois dans les structures existantes et de les renforcer plutôt que de repartir sur ces petites structures avec deux employés et un contrôleur." Et pour confirmer sa démarche, le P-dg d'Autovision prend l'exemple de la Belgique où une structure moyenne est composée de 8 personnes. Le débat est donc loin d'être tranché, même si Jean-Marie Boistard, président du directoire de Securitest, n'est pas sûr "que cette situation se répète à l'avenir malgré d[...]

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour accéder à la totalité de l'article abonnez-vous.
Abonnez-vous
Déjà abonné ? Connectez-vous
Partager :

Sur le même sujet

cross-circle