S'abonner
Distribution

Bonus/malus : entre interrogations et colère

Publié le 8 février 2008

Par Benoît Landré
10 min de lecture
A l'image des ménages français, le moral des professionnels de l'automobile n'est pas au plus haut en ce début d'année en raison de la mesure sur l'éco-pastille qui sème encore la confusion et alimente les interrogations....
...Retour sur la mesure du gouvernement français et son impact sur le marché de l'occasion et du neuf.Dresser un bilan du marché français de l'occasion en 2007 alors que les interrogations n'ont rarement été aussi grandes quant à l'évolution du marché relèverait presque du hors sujet. Lorsque l'on évoque 2007, on répond 2008. Chacun préfère en effet évoquer l'avenir et les incertitudes qui pèsent sur le marché du VN et du VO plutôt que de revenir sur l'année écoulée. Une chose est sûre : la mesure sur l'éco-pastille mise en place par le gouvernement en décembre a fait son petit effet. Reste à savoir si ce "coup" n'a pas été lancé un peu trop tôt. Le milieu de l'automobile demeure dans l'expectative. "Il y a actuellement une réflexion sur les répercussions de cette mesure sur, non seulement, les activités VO du réseau mais aussi celles du constructeur. Quel sera l'impact sur les stocks ? Quel mix proposer aux loueurs ? Je constate qu'elle aura un effet négatif sur l'exploitation des concessions qui, pour accompagner la baisse du prix du neuf, doivent diminuer le prix de vente des VO récents pour maintenir le différentiel entre le prix de transaction VN et le prix de transaction VO. Il ne s'agira probablement pas d'une baisse de 1 pour 1 mais elle sera importante. Quant au malus, c'est le marché qui nous dira dans quelle mesure nos clients sont prêts à en supporter une partie…", exprime Pascal Levasseur, directeur VO de Renault. Bien qu'elle concerne avant tout le VN, il est évident qu'elle aura une répercussion notable sur le marché de l'occasion. Reste à savoir si elle sera favorable ou défavorable ? Avec un ratio de 1 VN pour 2,7 VO achetés en 2007, le même qu'en 2006, la France figure parmi les marchés européens où les ventes de VO récents cannibalisent le plus les ventes de VN (ou l'inverse). Pourtant, ce segment, en baisse depuis plusieurs années (- 3,6 % en 2007, - 4,2 % en 2006), du fait de la baisse du pouvoir d'achat des ménages et des remises "agressives" proposées par les distributeurs sur le neuf, reste le cœur d'activité de nombreux négociants et spécialistes indépendants. "Si le marché évolue, nous nous ajusterons. Nous sommes flexibles. Mais je pense qu'il y a encore de la place pour le VO récent. Je n'ai pas l'impression d'être à côté de la plaque. Pour l'instant notre recette fonctionne.[...]

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour accéder à la totalité de l'article abonnez-vous.
Abonnez-vous
Déjà abonné ? Connectez-vous
Partager :

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

cross-circle