S'abonner
Constructeurs

Les piliers de Toyota

Publié le 28 avril 2006

Par Alexandre Guillet
8 min de lecture
Evoquer le groupe Toyota sans se référer aux notions de Kaizen (amélioration permanente par élimination de toutes les formes de gaspillage), de lean management (le mariage des performances et de la flexibilité) conduirait à une vue forcément limitative de cette entreprise. Bien que fondée...
Evoquer le groupe Toyota sans se référer aux notions de Kaizen (amélioration permanente par élimination de toutes les formes de gaspillage), de lean management (le mariage des performances et de la flexibilité) conduirait à une vue forcément limitative de cette entreprise. Bien que fondée...
Evoquer le groupe Toyota sans se référer aux notions de Kaizen (amélioration permanente par élimination de toutes les formes de gaspillage), de lean management (le mariage des performances et de la flexibilité) conduirait à une vue forcément limitative de cette entreprise. Bien que fondée...
...au XIXe siècle, la société Toyota fait souvent figure de pionnière dans les domaines de gestion, d'organisation ou de logistique. La genèse de Toyota Aujourd'hui indéboulonnable des cimaises des différents classements des meilleures entreprises du monde, Toyota n'en demeure pas moins une "multinationale familiale". L'aventure Toyota débute vraiment en 1897, lorsque Sakichi Toyoda invente la première machine à tisser automatique au Japon. C'est l'origine d'une épopée dans l'industrie textile du pays. Dans les années vingt, Kiichiro Toyoda, fils de Sakichi, effectue plusieurs voyages aux Etats-Unis et en Europe et découvre ainsi les premières effervescences de l'industrie automobile. Ce qui suscite son plus vif intérêt : dès 1937, il fonde la Toyota Motor Corporation en exploitant le cash issu de la vente réalisée par son père sur la propriété intellectuelle de son métier à tisser automatique. Toyota s'impose alors rapidement comme le premier constructeur automobile de l'archipel. Passées les heures troubles de la Seconde Guerre mondiale, sur lesquelles règne toujours une complète omerta, Toyota reprend sa marche en avant (40 % de part de marché au Japon) et décide, à la fin des années 50, de conquérir de nouveaux marchés. C'est l'heure des premières incursions aux Etats-Unis, avec les Toyota Crown en 1957, et surtout la Corolla en 1965. Presque simultanément, l'Europe est accostée, en 1963, via des importations au Danemark. La mondialisation est en marche et elle ne sera jamais démentie. Toutefois, Toyota reste encore aujourd'hui un groupe à part : aucune personne ou entreprise ne le possède véritablement. Pourtant omnipotente au niveau de la direction d'entreprise, la famille Toyoda, qui fait toujours vivre l'esprit du fondateur, ne détient pas plus de 1 % des actions émises. La mosaïque des sociétés qui constitue le groupe ne[...]

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour accéder à la totalité de l'article abonnez-vous.
Abonnez-vous
Déjà abonné ? Connectez-vous
Partager :

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

cross-circle