S'abonner
Constructeurs

Le déclin de l’empire General Motors

Publié le 23 mars 2007

Par Alexandre Guillet
5 min de lecture
Dès 1927, le groupe GM, constitué 20 ans plus tôt par la réunion de Buick et Oldsmobile, détrône Ford en tête des ventes mondiales. Il ne cessera alors de se développer. Mais, au tournant du siècle, des erreurs et le manque de réactivité face à la concurrence vont mettre cette success story...
...entre parenthèses. General Motors occupe une place à part dans le grand livre de l'histoire automobile dans la mesure où il se constitue comme groupe dès l'origine. Ainsi, le groupe naît à l'automne 1908 sous l'impulsion de William Crapo Durant qui réunit les marques Buick et Oldsmobile. Dès l'année suivante, il absorbe Cadillac et Oakland (qui deviendra par la suite Pontiac) avant de jeter son dévolu sur Chevrolet en 1918. Dans un premier temps, l'organisation du groupe s'avère désordonnée, ce qui lui interdit de parler d'égal à égal avec Ford. Cependant, sous l'égide d'Alfred P. Sloan, une politique industrielle rigoureuse va rapidement être mise en place : rationalisation de l'appareil de production, planification des lancements et promotion pionnière du principe du crédit notamment. Cette démarche porte ses fruits et GM détrône Ford en 1927, en contrôlant plus de 40 % du marché américain. Le groupe poursuit son expansion en la calquant sur l'échelle du globe : rachat de la londonienne Vauxhall en 1925 pour poser un pied en Europe puis surtout, prise de contrôle d'Opel en mars 1929, mais aussi acquisition de la ma[...]

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour accéder à la totalité de l'article abonnez-vous.
Abonnez-vous
Déjà abonné ? Connectez-vous
Partager :

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

cross-circle