S'abonner
Constructeurs

L’Apple Car devient une chimère

Publié le 28 février 2024

Par Jean-Baptiste Kapela
3 min de lecture
Selon Bloomberg et d’autres médias américains, Apple envoie son projet de voiture électrique autonome aux oubliettes. Un projet avorté qui doit permettre au géant de la tech, de se concentrer sur l’Intelligence artificielle générative.  
Apple Car
2 000 personnes auraient arrêté de travailler sur le projet de voiture autonome d'Apple. ©AdobeStock-BGStock72

Fin de tournage pour l’Apple Car. Selon plusieurs médias américains, Apple met fin à sa voiture électrique autonome. L’information proviendrait de sources anonymes dénichées par Bloomberg. Ces dernières ayant dévoilé à l’agence de presse que près de 2 000 employés du géant de la tech travaillaient sur l’Apple Car. S’il n’a jamais été officiellement annoncé, le projet avait fuité à plusieurs reprises dans la presse et a connu de multiples rebondissements.

 

Apple avait commencé à travailler sur cette voiture en 2014. Le véhicule autonome aurait dû être doté d'un système de navigation à commande vocale. La décision du fabricant de l’iPhone constitue une "véritable bombe pour l'entreprise", commente Bloomberg, car le projet représentait "plusieurs milliards de dollars" et "l'aurait propulsé dans un tout nouveau secteur d'activité".

 

A lire aussi : Apple va rouler avec Hyundai-Kia

 

Le projet, baptisé Titan, avait fait office d’une enquête par le site spécialisé The Information, en 2022. L’article détaillait les nombreux problèmes rencontrés par le véhicule autonome, des ambitions démesurées aux multiples départs de cadres expérimentés, notamment à cause du manque de soutien des dirigeants.

 

Face à l’IA, le véhicule autonome devient has-been

 

"Cela représente une petite déception, car à Cupertino (le siège d'Apple, NDLR), on pensait qu'avec environ 2 000 employés, une Apple Car était toujours à l'horizon à moyen terme", a réagi Dan Ives, analyste de Wedbush, dans une note. Néanmoins, les employés travaillant sur ce projet ne sont pas licenciés pour autant, mais plutôt "réaffectés". Une bonne partie d'entre eux vont être redirigés vers la conception et le déploiement d'outils d'intelligence artificielle (IA) générative, le sujet qui concentre les intérêts de la Silicon Valley depuis un an.

 

Ainsi, d’après l’analyste Dan Ives, ce n’est pas une si mauvaise nouvelle pour l’entreprise. Cela signifie qu’Apple "se concentre sur l'accélération et l'exécution d'une vaste stratégie d'IA générative au sein de l'écosystème Apple, (...) ce qui est clairement la bonne décision pour la société à l'avenir", affirme-t-il.

 

A lire aussi : Renault recrute le co-créateur de Siri

 

Les grands noms de la tech sont engagés dans une course effrénée au déploiement d'agents, d'IA et d'outils de création. Parmi eux, Google et Microsoft caracolent en tête, suivis par Meta (Facebook, Instagram) pour les réseaux sociaux ou Amazon dans le cloud (informatique à distance). Samsung a de son côté présenté de nouveaux smartphones conçus autour de l'IA. Mais Apple en a jusqu'à présent très peu parlé au-delà des outils d'édition de photos. (Avec AFP)

Partager :

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

cross-circle