S'abonner
Constructeurs

L'Alliance RNM va plus loin

Publié le 1 mars 2018

Par Christophe Jaussaud
2 min de lecture
En nommant six directeurs de projets, mais aussi en faisant entrer le développement des produits dans son champ, l'Alliance Renault-Nissan-Mitsubishi va plus loin afin d'accroître encore les synergies entre les trois constructeurs qui la composent.
L'Alliance vise 14 millions de ventes et plus de 10 milliards de synergies à l'horizon 2022.

 

"Nous accélérons la convergence entre les entreprises membres de l'Alliance. L'Alliance renforcera la performance et la croissance de ses différentes entreprises tout en respectant l'autonomie et les stratégies distinctes du groupe Renault, de Nissan Motor et Mitsubishi Motors", a déclaré son P-dg Carlos Ghosn, cité dans un communiqué.

 

Ainsi, l'Alliance a annoncé un resserrement des liens entre ses membres avec la nomination de chefs de projets qui superviseront l'ensemble des entités dans des "domaines clés" comme l'ingénierie, les achats, le contrôle de la qualité ou le service après-vente. Six directeurs de projets, tous vice-présidents (exécutifs ou seniors) de l'Alliance, ont pour ce faire été nommés. Tsuyoshi Yamaguchi (ingénierie), John Martin (fabrication et logistique), Véronique Sarlat Depotte (achats), Christian Vandenhende (qualité et satisfaction clients), Kent O'Hara (après-vente) et Hadi Zablit (plan de développement).

 

Jusqu'alors, le seul domaine qui n'était pas mis en commun était le développement produits. "Au lieu d'avoir des équipes de développement par constructeur, nous allons les faire par segment du marché", a expliqué Carlos Ghosn lors d'une conférence téléphonique. "Chaque constructeur continuera à avoir un contrôle total sur sa gamme de produits. Ils décident quels produits ils veulent, le design est totalement séparé", a-t-il précisé.

 

Le dirigeant, reconduit à bientôt 64 ans pour un nouveau mandat à la tête du groupe Renault, a insisté sur l'"irréversibilité" de l'Alliance, tant que celle-ci sera vue par ses membres comme un accélérateur de leurs performances. Cette annonce intervient après le lancement d'un plan Alliance 2022 qui "vise une augmentation des synergies annuelles au-delà des 10 milliards d'euros, contre 5 milliards en 2016, ainsi qu'une prévision de ventes annuelles cumulées à plus de 14 millions de véhicules, contre 10,6 millions en 2017", rappelle le communiqué. "Avec le plan Alliance 2022, trois entreprises, voire davantage, continueront leur croissance tout en agissant avec l'efficacité et la performance d'une seule", a ajouté Carlos Ghosn dans le communiqué. "Nous ne sommes à la recherche de rien, mais nous sommes ouverts à tout", a-t-il répondu, interrogé sur d'éventuelles perspectives d'élargissement.

 

Au terme de ces projets, Mitsubishi, qui a rejoint l'Alliance à l'automne 2016, "devrait rejoindre les organisations achats, business development et qualité et satisfaction totale clients dès avril 2018, et participer progressivement aux fonctions d'ingénierie, de fabrication et logistique et après-vente dès 2019, avant de les rejoindre pleinement", a indiqué l'Alliance dans son communiqué. (Avec AFP).

Partager :

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

cross-circle