S'abonner
Constructeurs

La liberté d’établissement, côté constructeurs

Publié le 11 mars 2005

Par Alexandre Guillet
4 min de lecture
Ils ont tout fait pour l'annuler, puis la retarder, mais si la liberté d'établissement s'avère bénéfique à leur performance, les constructeurs sauront faire preuve de pragmatisme. Comment les constructeurs vont-ils vivre la révolution d'octobre (la vraie, celle de 2005 ; pas celle de...
Ils ont tout fait pour l'annuler, puis la retarder, mais si la liberté d'établissement s'avère bénéfique à leur performance, les constructeurs sauront faire preuve de pragmatisme.
Comment les constructeurs vont-ils vivre la révolution d'octobre (la vraie, celle de 2005 ; pas celle de...
Ils ont tout fait pour l'annuler, puis la retarder, mais si la liberté d'établissement s'avère bénéfique à leur performance, les constructeurs sauront faire preuve de pragmatisme. Comment les constructeurs vont-ils vivre la révolution d'octobre (la vraie, celle de 2005 ; pas celle de...
...1917, qui, pour commencer, a eu lieu en novembre) ? Dans un élan d'empathie, très inhabituel en ce qui me concerne, j'ai essayé de l'imaginer. D'autres, plus connectés que je ne le suis, ont sans doute obtenu des confidences officielles et dotées des nécessaires imprimatur et nihil obstat : ils seront donc en condition de me contredire au nom des vérités puisées, dégazéifiées et filtrées à la source. Il y a cependant un point sur lequel, je crois, nous tomberons d'accord : aucun d'entre eux n'est très à l'aise, c'est le moins qu'on puisse dire, avec cette disposition du règlement européen. On sait bien que tout a été fait pour la retarder, puis pour l'annuler. Et pour cause (toujours, mon lapin) : c'est une disposition qui contrecarre les politiques de réseau appliquées depuis des années, et jamais remises en cause malgré[...]

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour accéder à la totalité de l'article abonnez-vous.
Abonnez-vous
Déjà abonné ? Connectez-vous
Partager :

Sur le même sujet

cross-circle