S'abonner
Constructeurs

Et si l'électro devenait écolo

Publié le 15 octobre 2004

Par Tanguy Merrien
11 min de lecture
Peu sont les équipementiers encore présents au Mondial de l'Automobile. Pourtant, ceux qui restent, ils rivalisent d'imagination et bardent les véhicules de systèmes électroniques divers pour répondre favorablement aux deux principales exigences des automobilistes : la sécurité et l'environnement....
Peu sont les équipementiers encore présents au Mondial de l'Automobile. Pourtant, ceux qui restent, ils rivalisent d'imagination et bardent les véhicules de systèmes électroniques divers pour répondre favorablement aux deux principales exigences des automobilistes : la sécurité et l'environnement....

...Une manière, en somme, de légitimer leur présence sur un Salon qui donne la part belle au produit fini.

Le Mondial de l'Automobile, comme son nom l'indique, est un Salon dédié à l'automobile. Au point d'ailleurs que nombre d'équipementiers, même s'ils interviennent en première monte, ont préféré ces dernières années se retirer des allées de la porte de Versailles. A l'instar de Bosch, par exemple, qui estime que sa présence est nettement plus légitime sur un salon de la pièce comme Equip'Auto, à Villepinte, ou Automechanika, à Francfort. Certes, la présence d'un équipementier de 1re monte au Mondial de l'Automobile lui permet d'être au plus près de sa clientèle de constructeurs. Certes, cette présence lui permet de faire valoir son savoir-faire auprès du grand public. Reste que les quelque 1,5 million de visiteurs du Mondial sont sans conteste plus intéressés par le véhicule lui-même que par les pièces qui la composent. Quant à savoir qu'un équipementier fait aussi de la rechange… Pour autant, et ce hors électronique embarquée, quelques grands noms de l'équipement avaient, une nouvelle fois, fait le déplacement. Leur credo : la sécurité et l'environnement. D'autant que le Plan véhicule propre annoncé par Jean-Pierre Raffarin il y a un an a été crédité, le 20 septembre dernier, d'une somme de 40 millions d'euros sur deux ans. Somme débloquée en faveur de la recherche et du développement des technologies respectueuses de l'environnement. De quoi rallier le consommateur lambda à la cause des équipementiers. Surtout si les technologies sont directement appliquées sur des véhicules présentés en grande pompe par les constructeurs.

Equipementiers et constructeurs partenaires pour la sécurité

C'est ainsi que l'équipementier américain Delphi, partenaire de Peugeot dans la réalisation des fameuses portes coulissantes de la 1007, a présenté quelques équipements résolument tournés vers la sécurité routière. En matière de sécurité passive, notamment, Delphi présentait le système de suspension MagneRide. Cette suspension semi-active, montée pour la première fois sur la Cadillac Seville STS 2002 et sur la Chevrolet Corvette, a également fait la conquête de deux constructeurs européens - dont les noms sont tus pour le moment - pour devenir équipement de série. Autant dire que si cette collaboration se concrétisait, l'événement serait une première pour Delphi en Europe. D'autre part, l'équipementier américain présentait, toujours pour ce qui concerne la sécurité active : la barre antiroulis active, le contrôle électronique de trajectoire 2.0 et le système de direction active des roues avant et arrière… autant de produits entrant dans le cadre de la dynamique véhicule avancée. La sécurité passive n'était pas en reste. Delphi a ainsi mis l'accent, entre autres, sur l'airbag passager Star (Situationally Tailored Adaptative Restraint), un ballon dont le déploiement est piloté en fonction de la taille de l'occupant, de sa position sur le siège, de l'usage de la ceinture, de la sévérité du choc et de la direction de l'impact. L'airbag Star devrait d'ailleurs, dès 2006, équiper un véhicule de série… mais, là encore, le secret est bien gardé ! Dans le même temps, Valeo qui, pour l'occasion, a changé sa signalétique, mettait en avant sa coopération avec Citroën pour le développement du système d'alerte de franchissement involontaire de ligne qui équipe les nouvelles C4 et C5. Ce système, constitué de faisceaux infrarouges couplés à une unité de contrôle électronique, surveille en permanence le marquage des voies situées à l'avant du véhicule. En cas de changement de voie sans activation du clignotant, le dispositif alerte le conducteur via un vibreur situé dans l'assise du siège du côté du franchissement de la ligne.





FOCUS

Un Américain à Paris
Delphi renforce son partenariat avec Renault pour ce qui concerne les architectures de distribution électrique/électronique. L'équipementier américain a en effet signé un contrat de 180 millions de dollars avec le constructeur français pour fournir l'architecture électrique/électronique destinée à un futur véhicule du segment B. Fournisseur de longue date pour le groupe Renault, notamment dans ce domaine, Delphi renforce ainsi son partenariat avec la première marque automobile européenne. En prenant en compte le développement de ce contrat, Delphi Packard systèmes électriques a réalisé, depuis 2001, un chiffre d'affaires de 790 millions de dollars avec Renault en Europe.

L'environnement passe par tous les organes du véhicule

Mais c'est sans nul doute la carte de l'environnement que Valeo joue le plus. Au premier regard, déjà, le dossier de présentation de l'équipementier mis à disposition donne le ton : c'est un papillon vert qui orne la couverture ! A l'intérieur, Valeo passe en revue la multitude de produits qu'il a récemment développés dans le plus pur respect de l'environnement. Start-Stop, d'abord. Véritable innovation du moment qui équipe, en première mondiale, une version de la Citroën C3 présentée sur le Mondial, le Start-Stop vise à réduire la consommation du véhicule, donc à polluer moins. Ainsi, dès que le véhicule est à l'arrêt, le moteur est coupé, éliminant dans le même temps toutes les sources de bruits et d'émissions polluantes, et toute consommation de carburant. Et comme pour joindre le geste à la parole, cet alterno-démarreur a été retenu sur le concept-car "Super Low Emission Vehicle" Hyundai ECO Getz 1.1 CRDI, dévoilé au public à l'occasion du Mondial. La technologie Start-Stop était alors présentée pour la première fois sur un moteur Diesel. Dans les grandes agglomérations où le temps d'immobilisation du véhicule à l'arrêt atteint plus de 30 % du temps de conduite, la réduction de consommation de carburant obtenue grâce à cet alterno-démarreur peut alors aller jusqu'à 10 %. Une véritable aubaine pour nos poumons.
Quant à Delphi, il a exposé sur le Salon son système common rail Multec, qui permet d'ores et déjà de répondre aux normes Euro IV en vigueur, et sera également prêt à répondre aux futures normes de rejet Euro V qui devront être appliquées en 2008. Conscient de l'importance du marché de la climatisation, Delphi s'est également préparé pour le changement de fluide réfrigérant des climatisations. En effet, les chlorofluorocarbones (CFC) ont été éliminés par les réglementations internationales à cause de leur propension à dégrader la couche d'ozone. Quant au fluide actuellement utilisé dans les boucles de climatisation, l'hydrofluorocarbone (HFC), il est sous haute surveillance car soupçonné de contribuer au réchauffement de l'atmosphère. L'équipementier s'est donc tourné vers l'utilisation du CO2 et du R152a dans les systèmes de climatisation. Deux fluides frigorigènes qui, d'après lui, réduisent dans la même mesure l'impact sur l'environnement.





FOCUS

L'hybride selon Ford et Valeo
L'alterno-démarreur STARS de Valeo sera installé sur un concept-car de Ford Fiesta hybride. Grâce à ce système désormais bien connu, toutes sources de bruits et d'émissions polluantes ainsi que toute consommation superflue de carburant sont éliminées. Néanmoins, lorsque le véhicule est à l'arrêt, tous les systèmes électriques du véhicule fonctionnent on ne peut plus normalement, grâce à la réserve d'énergie électrique générée par le système de freinage récupératif développé également avec Valeo. Concrètement, l'énergie de freinage est convertie en énergie électrique et stockée dans la batterie. L'électricité est ainsi produite sans que le moteur ne consomme de carburant. La nouvelle Fiesta devrait être mise en propulsion d'ici 2006.

Le consommateur est-il prêt à supporter le coût de l'environnement ?

Parallèlement, dans le hall 3, Koichi Fukaya, président et CEO de Denso Corporation, présentait avec philosophie la politique de son groupe : "L'harmonisation avec le monde a toujours fait partie de la mission de Denso. C'est aussi un des thèmes principaux de notre nouvelle politique d'entreprise sur le long terme. La question que nous nous posons est : comment pouvons-nous contribuer à concevoir des automobiles qui répondent à vos besoins, mais qui soient en harmonie avec la nature et la société ?" Une politique qui a notamment conduit l'équipementier japonais à développer le premier système au monde de phare à lampe à décharge de haute intensité sans mercure (DHI) équipant la Toyota Porte, lancée au pays du Soleil Levant en juillet dernier. Et l'on pourrait encore citer bien d'autres exemples de ces produits développés pour venir en aide à la sauvegarde de l'environnement et à la sécurité de l'automobiliste. Des produits tels que le filtre à particules nouvelle génération développé par Faurecia pour la nouvelle Mercedes Classe A, ou bien encore la roue active motorisée, ou "Active Wheel", de Michelin, qui permettrait, en réduisant la résistance au roulement, d'économiser de l'énergie. Reste une interrogation : le consommateur est-il prêt à supporter le coût généré par cette course au respect de l'environnement ? Rien n'est moins sûr. Car si ces développements ont la cote auprès des automobilistes, ceux-ci ne sont pas encore tout à fait déterminés à casser leur tirelire pour en faire l'acquisition…


Ambre Delage






FOCUS

Valeo en perspective


Thierry Morin, Président directeur général de Valeo a profité de sa présence sur le Mondial de l'Automobile auprès des constructeurs, pour annoncer que le chiffre d'affaires de l'équipementier français progresserait en 2005, malgré la stagnation du marché de l'automobile. Valeo a également annoncé, pour le premier semestre 2004, un bénéfice net consolidé de 120 millions d'euros, soit une hausse de 17,6 % pour un chiffre d'affaires en hausse de 1,7 % à 4,928 milliards d'euros. En termes de prévisions, l'équipementier français table, pour l'année 2005, sur une croissance organique de 5 % de son chiffre d'affaires. Une évolution significative que Thierry Morin explique de la manière suivante : "Alors qu'en 2001, nous avions 1 euro d'entrée de commandes pour un euro de chiffre d'affaires, au premier semestre 2004, nous avons 1,4 fois le chiffre d'affaires en entrées de commandes." Le président de Valeo est également revenu sur les éventuelles acquisitions qu'il avait annoncées à plusieurs reprises pour 2004. Acquisitions qui, selon lui, "n'ont pas de caractère d'urgence, parce que le groupe se porte de mieux en mieux". Reste que si l'équipementier français entend faire des acquisitions "elles serviront à accélérer la mise sur le marché de nouvelles technologies", a souligné Thierry Morin.






ZOOM

Le VU selon Delphi

Delphi a annoncé qu'il a remporté plus de 2 milliards de dollars de contrats VU (véhicules utilitaires) au cours des six premiers mois 2004. L'équipementier américain a ainsi nettement dépassé les 1,5 milliard comptabilisés l'an dernier sur la même période. Le chiffre d'affaires de ces nouveaux contrats sera réparti, en moyenne, sur cinq ans, les détails des contrats devant toutefois restés confidentiels, à la demande des clients. Cette croissance doit notamment beaucoup aux zones Europe et Asie-Pacifique. En effet, les contrats passés en Europe ont augmenté de plus de 14 % au cours du premier semestre 2004 par rapport à la même période de 2003. L'essentiel de ces nouveaux contrats est concentré sur certains secteurs, comme les composants Diesel, les systèmes audio, la climatisation et les systèmes de connexion. Au cours de ces dernières années, Delphi a enregistré une augmentation importante de son chiffre d'affaires Véhicules Utilitaires. L'an dernier, l'équipementier américain a en effet remporté 3,2 milliards de dollars de contrats dans le secteur du VU, alors que ce chiffre n'avait été que de 1,1 milliard de dollars en 2002, soit une augmentation record de… 191 % ! Quant aux contrats passés sur le marché européen en 2003, ils se sont montés à 781, 4 millions de dollars. Thierry Morin, Président directeur général de Valeo a profité de sa présence sur le Mondial de l'Automobile auprès des constructeurs, pour annoncer que le chiffre d'affaires de l'équipementier français progresserait en 2005, malgré la stagnation du marché automobile.

Valeo a également annoncé, pour le premier semestre 2004, un bénéfice net consolidé de 120 millions d'euros, soit une hausse de 17,6 % pour un chiffre d'affaires en hausse de 1,7 % à 4,928 milliards d'euros. En termes de prévisions, l'équipementier français table, pour l'année 2005, sur une croissance organique de 5 % de son chiffre d'affaires. Une évolution significative que Thierry Morin explique de la manière suivante : "Alors qu'en 2001, nous avions 1 euro d'entrée de commandes pour un euro de chiffre d'affaires, au premier semestre 2004, nous avons 1,4 fois le chiffre d'affaires en entrées de commandes." Le président de Valeo est également revenu sur les éventuelles acquisitions qu'il avait annoncées à plusieurs reprises pour 2004. Acquisitions qui, selon lui, "n'ont pas de caractère d'urgence, parce que le groupe se porte de mieux en mieux". Reste que si l'équipementier français entend faire des acquisitions "elles serviront à accélérer la mise sur le marché de nouvelles technologies", a souligné Thierry Morin.

Vous devez activer le javacript et la gestion des cookies pour bénéficier de toutes les donctionnalités.
Partager :

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

cross-circle