S'abonner
Constructeurs

Entretien avec Thomas Bard, directeur Smart France

Publié le 24 mars 2006

Par Tanguy Merrien
4 min de lecture
"Résilier les distributeurs qui ne jouent pas le jeu" Smart consolide sa place sur le marché hexagonal et reste serein pour 2006. La priorité est désormais donnée au réseau, qui a l'obligation de s'impliquer davantage dans la représentation de la...
"Résilier les distributeurs qui ne jouent pas le jeu"
Smart consolide sa place sur le marché hexagonal et reste serein pour 2006. La priorité est désormais donnée au réseau, qui a l'obligation de s'impliquer davantage dans la représentation de la...
"Résilier les distributeurs qui ne jouent pas le jeu" Smart consolide sa place sur le marché hexagonal et reste serein pour 2006. La priorité est désormais donnée au réseau, qui a l'obligation de s'impliquer davantage dans la représentation de la...
...marque. Journal de l'Automobile. Avec 12 646 unités vendues en 2005, la marque Smart est-elle satisfaite de l'exercice 2005 ? Thomas Bard. L'année a été conforme à nos attentes, notamment suite aux décisions prises l'an passé comme l'arrêt du roadster. En outre, nous nous sommes engagés à nous focaliser sur les ventes les plus rentables et d'arrêter les ventes à loueurs sauf pour celles où nous avons encore des engagements sur 2006. Ce canal ne représentera plus que 3 à 4 % des ventes cette année. JA. Une position qui explique l'objectif en baisse pour 2006 (12 000 unités) ? TB. Conformément à ce que je viens de dire et à nos décisions, nous pensons plutôt rester stables en 2006. Quoi qu'il en soit, notre volonté n'est pas d'acheter du volume et nous n'irons pas vers une politique de discount mais plutôt vers une politique attractive pour nos modèles. 2006 sera une année[...]

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour accéder à la totalité de l'article abonnez-vous.
Abonnez-vous
Déjà abonné ? Connectez-vous
Partager :

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

cross-circle