S'abonner
Constructeurs

Entretien avec Sandro Malatto, président de GM France : "En 2007, la rentabilité devrait être au rendez-vous"

Publié le 23 mars 2007

Par Tanguy Merrien
10 min de lecture
Si les difficultés de GM sont aujourd'hui sous les feux de l'actualité, la filiale française tient à rester optimiste, à l'image de Sandro Malatto, qui revient sur la situation de son groupe, les produits, la distribution, tout en évoquant les multiples axes qu'il souhaite développer. ...
...Journal de l'Automobile. Comment se porte General Motors France aujourd'hui ?Sandro Malatto. La situation du groupe s'est améliorée et nous commençons à sentir les effets du plan de restructuration colossal mis en place aux USA et en Europe. Les résultats montrent, après six ans de pertes, une progression spectaculaire et un retour aux profits pour GM Europe. GM France profite également de la tendance. En 2007, la rentabilité devrait être au rendez-vous. Par ailleurs, nous avons une gamme de produits parmi les meilleures et les plus modernes. Nous avons enrayé la baisse des ventes de la Corsa, un problème qui nous a coûté cher. La nouvelle version est un très bon produit, bien accueilli en France, avec 3 000 unités vendues par mois depuis son lancement. JA. Les problèmes de General Motors ont-ils eu une incidence sur les ventes en France ?SM. Honnêtement, je ne crois pas qu'il y ait eu un impact direct sur les ventes et l'activité commerciale. Même si les mauvaises nouvelles ne font jamais de bien à l'image de marque d'un constructeur. JA. Comment gérez-vous des entités aussi différentes que Opel, Saab et Chevrolet ? SM. Nous avons une organisation dédiée à chaque marque, la plus importante étant bien sûr celle d'Opel. Celle qui s'occupe des véhicules utilitaires a réussi l'année dernière un record historique avec quasiment 13 000 véhicules vendus et ce, malgré un problème de disponibilité assez sérieux sur le Combo et le Vivaro. Le premier à cause d'un transfert de la production de notre usine portugaise en Espagne, ce qui a généré quelques difficultés de mise en place. Le second est victime de son succès. Ses ventes ne cessent d'augmenter. Enfin, pour Saab, nous avons une organisation plus restreinte, mais entièrement dédiée à la marque. Idem pour Chevrolet. Les différences sont uniquement d'ordre commercial, le back office restant commun aux trois marques. JA. Quelles sont vos intentions concernant Chevrolet ? SM. Chevrolet est sous les feux de l'actualité car les équipes de la marque vont s'installer au siège de GM France dès cet été. Mais si votre question suggère un rapprochement des marques entre elles, cela renvoie à des décisions organisationnelles au niveau mondial, et pour l'instant, nous n'avons pas d'informations à [...]

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour accéder à la totalité de l'article abonnez-vous.
Abonnez-vous
Déjà abonné ? Connectez-vous
Partager :

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

cross-circle