S'abonner
Constructeurs

Alfa Romeo : c'est loin l'Amérique !

Publié le 15 septembre 2011

Par Alexandre Guillet
2 min de lecture
A l'occasion du Salon de Francfort, Sergio Marchionne et Harald Wester ont une nouvelle fois retardé le retour d'Alfa Romeo sur le marché américain. Et la crise des dettes en Europe oblige de surcroît Alfa à revoir ses ambitions à la baisse.

La crise qui ébranle sévèrement l'Italie et bouscule l'Europe en général force les dirigeants du groupe Fiat à réviser leur feuille de route pour la marque Alfa Romeo. Sergio Marchionne a d'ailleurs précisé que cette situation engendrait de nouveaux ajustements sur les prévisions de ventes et les dates de lancements pour l'ensemble du groupe Fiat Chrysler. Dans le plan dévoilé en 2010, Alfa devait faire son grand retour sur le marché américain à la fin de l'année 2012. En fait, ce ne sera pas avant mi-2013, et encore, uniquement par le biais de l'élitiste et donc confidentielle 4C. La MiTo devrait suivre, mais la Giulietta et surtout les Giulia ne seront pas disponibles avant 2014. Une mauvaise nouvelle n'arrivant jamais seule, le SUV qu'Alfa devait produire à Toledo (Ohio) et commercialiser en 2014 est lui aussi rayé du plan produits. Il pourrait être remplacé par une version dérivée de la future génération de Maserati Quattroporte, mais cela renvoie encore au-delà de 2014. Bref, pour les distributeurs américains qui ont tenté l'aventure, l'attente risque d'être longue avec la seule 500 au catalogue... Dans ce contexte, le patron d'Alfa Romeo, Harald Wester a revu ses objectifs commerciaux à la baisse : 400 000 ventes mondiales à l'horizon 2014 au lieu de 500 000. Cette année, pro memoria, la marque table sur 155 000 ventes dans le monde. Une ambition déjà elevée si l'on considère l'étroitesse de la gamme.

Vous devez activer le javacript et la gestion des cookies pour bénéficier de toutes les donctionnalités.
Partager :

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

cross-circle