Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Les équipementiers automobiles durement touchés par la crise des semi-conducteurs

La pénurie de semi-conducteurs aurait déjà empêché la production d'un million de véhicules depuis la fin de l'année 2020.

Les équipementiers automobiles durement touchés par la crise des semi-conducteurs

Selon une enquête réalisée par la Fiev, 84 % des équipementiers sont affectés par des problèmes d'approvisionnement en semi-conducteurs et 92 % subissent des retards de livraison. Le syndicat appelle à une concertation apaisée de la filière.

 

84 % des équipementiers français sont touchés par les problèmes de pénurie de semi-conducteurs qui pénalisent durement l’industrie automobile. Si les constructeurs, comme PSA ou Honda, accumulent des arrêts de leur chaîne de production suite à cette pénurie, les équipementiers sont les premiers à subir ces problèmes d’approvisionnement.

 

Selon une enquête réalisée par la Fiev, 92 % des adhérents de la fédération des équipementiers subissent des retards de livraison (dont la durée est comprise entre 1 et 6 mois), et pour plus de 2 répondants sur 3, les pénuries s’aggravent. Depuis la fin de l’année 2020, on estime à un million le nombre de véhicules qui n’auraient pas pu être produits à cause de cette pénurie.

 

A lire également : Gestion de crise sur la pénurie de semi-conducteurs dans l’automobile

 

Pour le président de la Fiev, Claude Cham, cette situation ne va pas s’améliorer avant la fin de l’année. "La situation est assez simple. Pendant que la demande de l’industrie automobile pour ces composants avait baissé de 10 %,, en 2020, les autres filières industrielles ont augmenté leurs besoins de 14 %. Et comme l’automobile ne pèse que 10 % dans la production des semi-conducteurs, les entreprises de ce secteur ont tout simplement transféré leur production", avance le président de la Fiev.

 

Cette situation s’analyse également au regard des pratiques entre constructeurs et équipementiers automobiles. Ces derniers travaillent essentiellement sur la base de commandes prévisionnelles à 3 et 6 mois qui s’ajustent au fil du temps et une stratégie de livraison en juste-à-temps. "Même si les équipementiers ont l’habitude de prendre des marges de sécurité, il faut bien comprendre que nous sommes face à un cas de force majeure et que nous sommes, avec les semi-conducteurs, dans un marché où l’industrie automobile n’est pas leader et n’est pas traitée forcément en priorité. Si nous ne proposons pas des solutions concertées pour gérer le plus collectivement possible cette crise, sa résolution prendra plus de temps. D’autant que nous sommes face à des facteurs aggravant", poursuit Claude Cham faisant ainsi référence à quelques tensions entre les interlocuteurs de la filière.

 

Des facteurs aggravant

 

La Fiev observe en effet, une hausse importante, en parallèle, du prix des matières premières (le prix de la tonne d’acier est ainsi passée de 580 euros à 880 euros, en quelques mois). La crise sanitaire dont l’Europe est loin d’être sortie alors que la production en Chine et aux USA est repartie avec force, fait également partie des facteurs aggravant.

 

De plus, le plan de relance français de l'automobile a largement poussé la consommation de véhicules électrifiés, fortement consommateurs de ces composants.

 

Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
Vincent Cobée, Citroën :

Avec la C5X, Citroën signe son retour sur le segment des grandes berlines, quatre ans après l'avoir quitté. Produite en Chine, comme la DS9, la C5X sera commercialisée en Europe à l'automne 2021.

François Larher, Audi :

En charge de l'activité occasion chez Audi France depuis octobre 2020, François Larher fait le point sur les dernières évolutions du label Audi Occasion:Plus et sur les ambitions de la marque aux anneaux

Renault affiche une part de marché en baisse mais se dirige vers des ventes saines

Renault continue de réorienter sa stratégie commerciale avec une baisse des immatriculations tactiques, ce qui explique sa part de marché en retrait depuis le début de l'année 2021. Une phase difficile

Le réseau Opel n’accepte plus les objectifs inatteignables !

Pour la première fois, le réseau Opel a affiché, en 2020, une rentabilité négative qui s'est encore fortement détériorée depuis le début de l'année. Michel Maggi, président du GNCO, va réunir

La Cour suprême autrichienne juge illégaux les contrats de distribution Peugeot

En Autriche, Peugeot vient de perdre en dernière instance face à un concessionnaire qui accusait le constructeur d'abus de position dominante. La Cour suprême de Vienne donne trois mois à Peugeot pour

Seres, l'autre marque chinoise qui veut se déployer en France

Seres, la marque chinoise appartenant à Dongfeng, poursuit son développement en France. Deux modèles électriques seront proposés en 2021 pour un objectif de 80 distributeurs sur le territoire.

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page