Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Vers un accord de compétitivité chez Valeo

L'accord entre Valeo et les syndicats devrait être soumis au vote le 29 septembre 2020.

Vers un accord de compétitivité chez Valeo

Depuis cet été, Valeo travaille avec les syndicats pour mettre sur pied un accord permettant d'améliorer la compétitivité de 10 %. En échange, l'équipementier exclut tout plan social et fermetures de sites dans l'Hexagone pendant deux ans.

 

A l'heure où de nombreux équipementiers accentuent leur restructuration, la direction de Valeo propose de ne procéder à aucun plan social en France pendant deux ans, en échange de contreparties sur les salaires. Des dispositions qui doivent encore recevoir le feu vert des syndicats, a appris, jeudi 24 septembre 2020, l'AFP de sources concordantes.

 

La dernière réunion sur des négociations entamées à l'été et destinées à réduire de 10 % les coûts salariaux de Valeo dans l'Hexagone, soit 100 millions d'euros, a eu lieu mercredi. Le texte de l'accord, qui portera sur différents axes (épargne salariale, compétitivité et performance collective), doit encore être finalisé. Il sera soumis à signature jusqu'au 29 septembre, ont indiqué la CFE-CGC et la CGT de Valeo à l'AFP, confirmant des informations des Echos.

 

Dans un message aux salariés daté de mercredi et consulté par l'AFP, la direction de Valeo dit s'engager "à ne pas lancer de procédure visant à fermer définitivement un établissement du groupe en France dans les 24 mois suivant la signature" de l'accord. "Les engagements pris par la direction sont l'absence d'ouverture d'un PSE (plan de sauvegarde de l'emploi) ainsi que l'absence de fermeture d'établissements en France pendant 24 mois", a confirmé Pascal Phan, coordinateur de la CFE-CGC Valeo. Cela n'empêche pas des départs sous forme de rupture conventionnelle collective (RCC) ou de plan de départs volontaires (PDV), notent les syndicats. La CGT, 2e syndicat chez Valeo, a annoncé qu'elle ne signerait pas. La CFE-CGC, première organisation dans l'entreprise, ne s'est pas encore positionnée. FO est la troisième organisation représentative.

 

D'après les syndicats, le passage des forfaits jours de 215 à 218 jours et la baisse de 5 % du salaire de base des ingénieurs et cadres, envisagés par la direction, ont finalement été laissés de côté. Mais l'accord de performance collective (APC), dont les mesures sont "à durée indéterminée", prévoit "la suppression de deux jours de congé pour les cadres dirigeants", ainsi qu'une "flexibilité dans l'organisation du travail" avec la possibilité de changer les horaires des équipes en production, précise Pascal Phan. "Si un salarié refuse les mesures de l'APC, il peut être licencié", souligne Patrice Caux, de la CGT. L'accord de compétitivité prévoit deux ans de gel des salaires (avec une clause de retour à bonne fortune en 2022) et deux ans de gel de l'intéressement, mais aussi la suppression de congés spécifiques et une "harmonisation entre les différents sites de certaines primes, sur un minimum", selon Pascal Phan. (avec AFP)

Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
Renault a soigné son pricing au troisième trimestre 2020

En conjuguant les effets de la reprise des ventes en Europe et une politique commerciale plus vertueuse, le groupe Renault a redressé la barre au troisième trimestre 2020. Le chiffre d'affaires s'établit

PSA se dote d’une business unit dédiée aux utilitaires légers

En France, une nouvelle direction en charge des VUL voit le jour chez PSA. Dirigée par Fayçal Hemia, elle doit permettre à Peugeot, Citroën et Opel de gagner des parts de marché en mobilisant les réseaux,

Ascom Invest (BymyCar) reprend les VTC Marcel

Selon nos informations, les VTC Marcel sont repris par Ascom, la holding de Jean-Louis Mosca, aussi connu pour être le président de BymyCar. Les tractations entre Renault et l'acquéreur ont été bouclées

Les constructeurs vont-ils échapper aux amendes sur le CO2 ?

L’association T&E estime que les constructeurs sont en passe d’atteindre leurs objectifs CO2 de 2020. Pas question de saluer les efforts consentis : T&E accuse les constructeurs de "petits arrangements"

Le véhicule électrique d'occasion aura son bonus

Jean-Baptiste Djebbari, le ministre délégué aux Transports, a annoncé une prime de 1 000 euros pour l'achat d'un véhicule électrique d'occasion et confirmé que le territoire français serait jalonné

Chopard-Lallier bâtit la première Maison Citroën du réseau privé

La concession de Beaune de l’opérateur bisontin entame sa mue pour se transformer en la première Maison Citroën du réseau privé. Au programme : un lieu de convivialité aux derniers standards de la marque,

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page