Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Peugeot condamné en Autriche pour abus de position dominante

Le tribunal de commerce de Vienne, en Autriche, estime que la politique commerciale de Peugeot est contraire au code de commerce autrichien et au droit communautaire.

Peugeot condamné en Autriche pour abus de position dominante

Le tribunal des ententes de Vienne a condamné Peugeot pour abus de position dominante et restriction de la liberté de prix, face à un concessionnaire de la marque. Le constructeur devrait faire appel de cette décision qui pourrait faire boule de neige en Europe.

 

Le tribunal des Ententes de Vienne (équivalent de l'Autorité de la Concurrence en France) vient de rendre un arrêt qui pourrait être décisif dans les relations contractuelles commerciales qui lient les distributeurs à la marque. Saisi par un concessionnaire autrichien, dont la survie était en jeu, le tribunal a, en effet, conclu que Peugeot contraignait économiquement son réseau à restreindre sa liberté de prix au client final en liant le versement de primes aux enquêtes de satisfaction des clients dont la note qui déclenche le versement de primes est volontairement resserrée. 

 

Le tribunal estime également que le constructeur réduit volontairement la marge des concessionnaires s'ils n'atteignent pas les objectifs de vente délibérément gonflés par PSA et concurrencer les distributeurs privés par le biais de prix de véhicules subventionnés sur le marché final dans les points de vente PSA Retail. 

 

Les pratiques du constructeur à l'atelier ont également été analysées par le tribunal qui estime qu'un système de contrôle pour les travaux sous garantie a été élaboré et que celui-ci ne couvre pas les taux horaires et les coûts des concessionnaires. Le tribunal en conclut que PSA ne doit plus répercuter sur son réseau de distribution les coûts de son système d'enquête de satisfaction mystère et d'audit pour les activités de vente et d'après-vente. 

 

"Il est important que le tribunal de l'entente ait répondu à une longue question juridique peu claire. Cela fournit au moins des lignes directrices pour un comportement correct du marché sur la base du droit autrichien et européen et est donc pionnier pour l'ensemble de l'industrie et toutes les marques à travers l'Europe", a estimé le président du tribunal. 

 

"Le tribunal autrichien a analysé toute cette problématique des prix et de l'obligation aux concessionnaires d'adhérer aux actions commerciales de la marque et aboutit à la conclusion qu'il sagit d'une phénomène de prix imposé. C'est la même problématique qu'en France. L'autorité juridique autrichienne a fait une analyse très critique de la politique commerciale de PSA", analyse Me Christian Bourgeon, avocat spécialisé dans le droit de la distribution automobile.  

 

Peugeot devrait faire appel de cette décision. 

Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
Hyundai : le pari payant de l'électrification

Le constructeur a connu depuis le déconfinement un volume d'activité qualifié d’extraordinaire. La conséquence d'une stratégie décidée pendant la crise : miser plus que jamais sur ses modèles

Carlos Gomes à la direction générale de BYmyCAR

Le groupe BYmyCAR ouvre pour la première fois de son histoire son capital au management et accueille à cette occasion un nouvel homme fort, Carlos Gomes, qui en devient directeur général.

Daimler souhaite vendre l'usine d'Hambach

Le groupe allemand, qui fabrique des Smart depuis 1998 en Moselle, vient d'annoncer son intention de vendre le site d'Hambach. Cette usine devait pourtant produire des modèles électriques de Mercedes.

Ivan Segal, Renault :

En juin 2020, le groupe Renault a gagné 1,5 point de part de marché avec 71 612 immatriculations, en hausse de 6,5 %. Les marques Renault et Dacia profitent pleinement de la prime à la conversion qui pèse

PSA Retail ferme 11 sites sur sa plaque parisienne

La filiale de distribution du groupe PSA annonce une réorganisation de sa présence en région parisienne. 11 sites seront fermés et les salariés redéployés dans les 25 succursales en périphérie

PSA : les actionnaires confirment la fusion

Les actionnaires de PSA, réunis en assemblée générale ce jeudi 25 juin 2020, ont voté à 99 % les résolutions appuyant le principe et le schéma initial de la fusion avec FCA. Un mariage toujours

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page