Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Bosch veut être décarboné dès 2020

Volkmar Denner, le patron de Bosch.

Bosch veut être décarboné dès 2020

Le premier équipementier mondial ne veut plus avoir d'empreinte carbone dès 2020. Un programme ambitieux porté par un investissement de 2 milliards d'euros.

 

"Nos calculs montrent que c'est possible, donc nous le faisons", a annoncé le patron du groupe, Volkmar Denner, lors de la conférence de presse annuelle. "A partir de 2020, Bosch n'aura plus d'empreinte carbone. Le changement climatique n'attend pas, et nous devons réagir plus rapidement pour atteindre les objectifs de l'accord de Paris", a noté le président.

 

Alors les émissions de CO2 des usines de l'équipementier ne vont pas disparaitre par magie, mais il compte augmenter l'efficacité énergétique de ses opérations, acheter d'avantage d'électricité renouvelable et compenser les émissions "inévitables" par des investissements dans des projets environnementaux. Bosch compte investir 2 milliards d'euros sur 10 ans pour appuyer cette réduction.

 

"D'ici 2030, les mesures de compensation seront réduites" au fur et à mesure que l'utilisation d'énergies renouvelables augmentera, a précisé Bosch dans un communiqué. L'efficacité énergétique accrue doit par ailleurs permettre des économies de près d'un milliard d'euros sur 10 ans, divisant par deux le coût des mesures environnementales.

 

Alors que les émissions totales de CO2 de l'entreprise sont restées "à peu près stables ces dernières années", selon Volkmar Denner, Bosch vise désormais une baisse de 1 à 2 % en chiffres absolus par an.

 

Bosch a également détaillé jeudi son bilan financier pour l'année 2018, déjà publié de manière préliminaire fin janvier. Le groupe non coté en Bourse a vu son chiffre d'affaires progresser de 0,5 % à 78,5 milliards d'euros et son résultat opérationnel EBIT de 7 % à 5,5 milliards. Bosch a prévenu que 2019 serait une année difficile pour la branche automobile, avec une production en baisse de 3 % sur un an à 94,7 millions de véhicules, visible sur tous les marchés et notamment en Chine.

 

Le groupe s'attend néanmoins à un chiffre d'affaires "légèrement supérieur" à 2018, précisant que sur les trois premiers mois de l'année celui-ci était "quasiment au même niveau" que sur la même période l'année passée. La marge devrait s'établir à "près de 6 %", contre 7 % en 2018. (avec AFP).

Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
Essence et SUV rendent le malus plus lucratif que jamais

Jamais le malus n’avait autant rapporté depuis sa création. Les effets croisés d’un dispositif plus sévère et de la montée en puissance des véhicules essence, dont les SUV, ont boosté les recettes.

Kroely transforme sa concession Mercedes de Mulhouse

L'opérateur alsacien est le deuxième en France, après Como, à inaugurer les nouveaux standards Mercedes-Benz, dans sa concession de Mulhouse. Au programme : parcours client repensé et processus d'achat

Le groupe Dugardin se renforce avec Ford dans le Pas-de-Calais

Le distributeur vient de notifier à l’Autorité de la concurrence son intention de racheter le groupe Delesalle, ajoutant à son réseau Ford cinq concessions et une agence, principalement situées

Marc Lechantre, PSA :

Fin annoncée des multiples labels VO dans les points de vente. Le groupe PSA va progressivement s'appuyer sur deux références, à travers l'Europe, dont le nouveau Spoticar. Décryptage de la stratégie

Jean Lain s’investit dans le développement de l’hydrogène

Le distributeur, représentant notamment Toyota et Hyundai, s’est engagé dans le projet Zero Emission Valley. Son but : créer un réseau de stations hydrogène dans la région Auvergne-Rhône-Alpes.

RRG lance une usine à préparer les VO dans le Nord

La préparation et le reconditionnement des VO font l'objet de toutes les attentions. Depuis quelques semaines, RRG a ouvert une Factory VO dans le département du Nord.

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page