Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Le marché britannique en souffrance en 2018

La Ford Fiesta a été le modèle le plus vendu au Royaume-Uni en 2018.

Le marché britannique en souffrance en 2018

Les ventes de voitures neuves ont chuté de 6,8 % au Royaume-Uni en 2018, à 2,36 millions d’unités. Un déclin lié à l’effondrement de la demande en véhicules diesel, de près de 30 %.

 

La morosité gagne le marché automobile britannique. L’année 2018 s’est soldée par un déclin des ventes de 6,8 %, à 2,36 millions d’unités, annonce l’Association des constructeurs et des vendeurs automobiles (SMMT) dans un communiqué. Il s’agit de la deuxième année consécutive de recul après celui de 6 % en 2017.

 

Cette forte baisse en 2018 s’explique principalement par le plongeon de 29,6 % des ventes de véhicules diesel. Les volumes sont ici passés de 1 065 942 à 750 165 unités en l’espace d’un an. La part de marché de ce carburant s’est effondrée à 31,7 %, contre 42 % en 2017. La SMMT attribue cette chute à « une rhétorique anti-diesel et à des mesures fiscales négatives » pour ce type de motorisation au Royaume-Uni, ce qui a dissuadé les acheteurs potentiels.

 

La crainte d’un Brexit sans accord

 

Dans le même temps, les ventes de véhicules essence ont progressé de 8,7 %, à 1,47 million d’unités, et celles de véhicules hybrides et électriques de 20,9 %, à 141 270 unités. « La hausse des immatriculations de voiture à essence et des véhicules hybrides et électriques a permis d'atténuer la baisse, mais pas assez pour compenser totalement car de nombreux propriétaires de véhicules diesel ont adopté une attitude "wait and see" en conservant leur vieille voiture diesel plus polluante », explique la SMMT.

 

Dans le détail, le repli des ventes l’an passé a touché les véhicules particuliers (-6,4 %) tout comme les voitures achetées par des entreprises (-7,3 %). Du côté des véhicules les plus prisés, on trouve en tête la Ford Fiesta (95 892 unités) devant la Volkswagen Golf (64 829 unités) et la Vauxhall Corsa (52 915 unités).

 

La SMMT estime enfin qu’une éventuelle sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne sans accord constituerait une catastrophe pour le secteur, car elle impliquerait l’érection de droits de douane pénalisant et de contrôles renforcés aux frontières qui entraveraient la circulation des pièces détachées entre le Royaume-Uni et le continent. (avec AFP)

Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
Didier Berrezai reprend le groupe Fournis

Déjà titulaire du panneau Ford à Cherbourg (50), Didier Berrezai frappe un grand coup dans le réseau de l'Ovale Bleu en reprenant les affaires de Claude Fournis, historique distributeur de la marque

Mercedes-Benz entame une grande transformation de son réseau de concessions

Mercedes-Benz met son réseau mondial sur la route de la digitalisation avec de nouveaux standards pour ses concessions. Como, un des plus importants distributeurs de la marque en France, a été l'un

Paris et Renault officialisent leur union

Comme attendu, la Ville de Paris et le constructeur tricolore ont posé les bases de l'après Autolib. D'ici septembre, Renault déploiera dans la capitale une nouvelle offre de mobilité combinant un service

Rendez-vous en 2018

Votre newsletter quotidienne fait une pause hivernale. La rédaction du Journal de l'Automobile vous souhaite de joyeuses fêtes de fin d'année. Retrouvez-nous dès le 2 janvier 2018 !

Peugeot sur la piste des Genius

Une expérimentation a lieu dans le réseau français de Peugeot. Sur un modèle proche des Genius de BMW, la marque souhaite évaluer la pertinence de conseillers en amont du parcours d'achat.

Mitsubishi se positionne déjà dans l'Alliance Renault-Nissan

Depuis le Tokyo Motor Show, Mitsubishi a précisé les contours de son intégration dans l'Alliance, son apport s'articulant notamment autour de quatre axes. Trevor Man, COO de Mitsubishi Motors nous en dit plus.

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page