Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Un premier semestre équilibré pour le marché automobile français

Sur le premier semestre, les ventes sur les canaux sains ont représenté près de 70 % des ventes.

Un premier semestre équilibré pour le marché automobile français

Le premier semestre a reflété le dynamisme sain du marché français des véhicules particuliers. Sur cette période, les ventes se sont accrues de 4,7 %, dont 68 % réalisées sur les canaux rentables.

 

A la moitié de l’année, 1 188 039 véhicules particuliers ont été écoulés sur le marché automobile français, soit une hausse de 4,7 %, selon AAA Data. Il faut dire que le semestre s’est achevé en beauté, avec un mois de juin exceptionnel, largement dynamisé par les ventes précipitées par le cycle WLTP et celles destinées aux loueurs courte durée. Sur ces six premiers mois de l’année, la croissance s’est en revanche portée sur les canaux sains avec des volumes en progression.

 

Les particuliers, dont la demande s'est accrue de 6,3 %, ont pesé pour près de 48 % des ventes totales. Le canal des sociétés et administrations, en augmentation de près de 4 %, a représenté 11,3 %. Les loueurs longue durée, dont la demande a augmenté de 12,1 %, ont pesé pour 9,2 % du global. Sur les canaux tactiques, la courte durée, relativement stable (+1,6 %) a tout de même représenté 15 % des ventes totales et les VD, en hausse de 2,6 %, ont pesé pour 14,2 % et les constructeurs 1,3 %.

 

Une croissance saine pour les Français

 

Les Français se sont inscrits dans la moyenne : PSA a progressé de 4,2 %, soit 380 000 unités et une part de marché de 32 %. Hausse pour deux des quatre marques, Peugeot (+7,6 % et 213 000 VP) et DS (+20,1 % et 13 400 unités), tandis que Citroën, pénalisé par des ennuis de production, n’est pas parvenu à sortir du rouge (-0,4 % et 114 000 exemplaires). Opel a chuté de 4,2 %, à moins de 40 000 unités. Exceptée cette dernière, les trois marques ont performé sur le canal des particuliers, mais aussi des sociétés et des loueurs longue durée. Chez la marque au lion, les particuliers ont pesé pour 44 % des ventes, 49 % chez Citroën, 41 % chez Opel et DS.

 

Du côté de Renault, les ventes ont progressé de 6,5 % sur le premier semestre, soit 314 264 unités et une pénétration de 26,4 %. Dacia s’est une nouvelle fois illustrée, avec près de 21 % de hausse et plus de 77 000 unités, tandis que l’augmentation chez la marque au losange a été plus timide avec 2,3 % et 236 000 VP. Si les ventes aux particuliers se sont accrues chez Dacia (+20,8 %), elles ont aussi beaucoup progressé sur la courte durée et les VD, tout en représentant des volumes relativement contenus. Renault a en revanche affiché une croissance équilibrée sur les canaux sains (+1,3 % particuliers), +11,1 % sur les sociétés et administrations, +1,5 % sur la longue durée.

 

Les étrangers ont parfois moins bonne allure

 

Les six premiers mois de l’année ont été difficiles pour certains groupes étrangers, dont Nissan avec (-15,4 % et moins de 35 000 unités), Ford (-4,5 % et moins de 47 000 unités). Daimler et BMW ont connu une relative stabilisation à -0,1 %, soit respectivement 34 600 et 43 500 unités. Du côté des groupes en croissance, Volkswagen, avec +2,2 % et des performances très hétérogènes selon les différentes marques.

 

Conformément aux résultats constatés mois par mois, Audi a chuté de 13,7 % – ainsi que Porsche à -7,8 % – tandis que Skoda et Seat ont continué leur envolée (respectivement 21,7 et 18,2 %). Volkswagen a bénéficié d'une progression de 3,4 %. Une nouvelle fois, cette croissance s’est opérée sur tous les canaux, et notamment celui des particuliers, avec près de 50 % des commercialisations réalisées auprès des particuliers chez VW, 47,7 % chez Skoda et plus de 53 % chez Seat.

 

Kia et Hyundai ne s’arrêtent plus

 

A souligner les excellentes performances de FCA (+20 %) avec un groupe porté par le dynamisme des trois marques phares Fiat (+19,7 %), Jeep (+37,1 %) et Alfa Romeo (+4,7 %), mais aussi de Hyundai. Le coréen a vu ses deux marques bondir, de près de 20 % pour Kia et 25,6 % pour Hyundai. Les deux constructeurs ont su trouver leur public auprès des particuliers, tout en gagnant peu à peu leur place auprès des sociétés, administrations et loueurs longue durée. Ces populations ont représenté 75 % des ventes totales chez Kia et 70 % chez Hyundai.

 

Toujours chez les Asiatiques, Toyota a affiché une augmentation de près de 6 %, à plus de 52 000 unités, tandis que de bons rythmes sont à souligner chez Mitsubishi, (+90 %, dont une hausse de 90 % chez les particuliers), Suzuki (+19 %) et Mazda (+8,4 %). Enfin, du coté des premium, Volvo a confirmé sa bonne santé sur le premier semestre (5,1 % et 9 034 VP), tandis que Jaguar est venu contrebalancer le plongeon de Land Rover (respectivement +35,5 % et 2 636 unités contre -14,2 % et 4 048 VP).

 

Retrouvez tous les chiffres du marché VN (par groupe, marque, modèle, canal, énergie) et VO (par âge, marque et canal ici).

Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
L’Europe envisage de réduire de 30 % les rejets de CO2 en 2030

Le 10 juillet, les députés des commissions Transports et Industrie ont examiné le texte relatif aux objectifs des émissions de CO2 post 2020. Avec, à la clé, une baisse attendue de 30 % d’ici 2030,

PGA entre dans le groupe Bernard !

Avec le retrait du groupe Alcopa de toutes activités retail en Europe, PGA reprend les 40 % de participation du groupe belge et entre ainsi dans le capital de l'entité gérée par Jean-Patrice Bernard.

Paris et Renault officialisent leur union

Comme attendu, la Ville de Paris et le constructeur tricolore ont posé les bases de l'après Autolib. D'ici septembre, Renault déploiera dans la capitale une nouvelle offre de mobilité combinant un service

Rendez-vous en 2018

Votre newsletter quotidienne fait une pause hivernale. La rédaction du Journal de l'Automobile vous souhaite de joyeuses fêtes de fin d'année. Retrouvez-nous dès le 2 janvier 2018 !

Peugeot sur la piste des Genius

Une expérimentation a lieu dans le réseau français de Peugeot. Sur un modèle proche des Genius de BMW, la marque souhaite évaluer la pertinence de conseillers en amont du parcours d'achat.

Mitsubishi se positionne déjà dans l'Alliance Renault-Nissan

Depuis le Tokyo Motor Show, Mitsubishi a précisé les contours de son intégration dans l'Alliance, son apport s'articulant notamment autour de quatre axes. Trevor Man, COO de Mitsubishi Motors nous en dit plus.

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page