S'abonner

Flottes : Tesla et Hyundai cartonnent en novembre 2021, Renault leader

Publié le 2 décembre 2021

Par Damien Chalon
4 min de lecture
Les immatriculations de voitures particulières en entreprises ont reculé de 7,7 % en novembre 2021, à 40 537 unités. Dans ce contexte, des marques comme Tesla et Hyundai explosent les compteurs. Renault termine le mois en tête devant Peugeot, qui plonge de 30 %.
En novembre 2021, Peugeot a cédé sa place de marque leader du marché des flottes à Renault.
En novembre 2021, Peugeot a cédé sa place de marque leader du marché des flottes à Renault.

La crise que traverse actuellement le marché automobile a de multiples conséquences. Dont celle de rebattre – un peu – les cartes dans le rapport de force qui oppose les constructeurs sur le canal des flottes. Le mois de novembre 2021 a été celui des contrastes avec des envolées spectaculaires pour certains et des chutes prononcées pour d’autres.

 

Au total, ce sont 40 537 voitures particulières qui ont été mises à la route pour le compte de loueurs longue durée, des entreprises et des administrations. Un volume en baisse de 7,7 %. Un repli somme toute modéré au regard des derniers mois où les flottes n’ont pas toujours été épargnées, à l’image du -20,7 % enregistré en octobre.

 

Peugeot à -30 %

 

Dans ce contexte, la chute la plus spectaculaire est celle de Peugeot, dont les immatriculations BtoB ont dégringolé de 30 % par rapport à novembre 2020, à 8 171 unités. Tous les modèles phares de la marque ont été à la peine, à l’exception du 2008, dont l’envolée de 35,5 % l’a propulsé en tête de l’activité du lion sur le mois écoulé (3009 unités) devant la 208, le 3008 et le 5008.

 

Renault a profité de l’occasion pour repasser en tête du classement flottes avec 8 471 mises à la route, un petit évènement tant Peugeot dominait la concurrence depuis de nombreux mois. Pas de quoi pavoiser non plus, ce volume a été inférieur de 15 % à celui de l’an passé. L’appétit des pros pour la Clio (3 924 unités, +5,5 %) et la Mégane (1 908,+89,9 %) ont permis de sauver les meubles.

 

A lire aussi : Les 10 points marquants du marché automobile en novembre 2021

 

D’autres marques ont subi la crise de plein fouet. C’est le cas de Fiat (450, -38,3 %), de Ford (760, -26,3 %), de Skoda (660, -22,2 %), de DS (619, -31,8 %), d’Opel (573, -17,1 %) ou de Nissan (385, -23,9 %).

 

Tesla, Hyundai et Kia en feu

 

Le contraste est saisissant avec le déroutant succès rencontré par d’autres. La plus forte progression sur le mois a été celle de Tesla, à +251,1 %, qui s’est hissé par la même occasion dans le top 10 des marques avec 927 immatriculations. Sa gamme a récemment été complétée, le SUV Model Y venant en renfort de la berline Model 3.

 

Et que dire de la dynamique de Kia et Hyundai, respectivement en hausse de 85,5 % (664) et 215,1 % (927). Les deux marques coréennes ne semblent pas pâtir de la pénurie de semi-conducteurs et tirent aussi profit de gammes largement électrifiées. La période actuelle voit donc des outsiders d’avant crise supplanter peu à peu des acteurs historiques.

 

A lire aussi : Christophe Prévost, Peugeot : "La distribution doit adapter son modèle"

 

Au niveau des énergies, le mois de novembre a été dans la lignée des mois précédents avec la dégringolade du diesel, à -38,2 % et 13 247 immatriculations. Soit une part de marché de 32,7 %, contre 48,8 % un an plus tôt. L’essence a plutôt bien tenu le choc, à -2,2 % et 11 207 unités, tandis que l’électrique et l’hybride ont poursuivi leur ascension, respectivement à 3 317 (+31,9 %) et 11 855 (+41,6 %) mises à la route.

 

Un marché 2021 dans le vert ?

 

En dépit de tous ces renversements de situations, le bilan du marché des flottes depuis le début de l'année demeure positif avec 435 111 immatriculations, soit une progression de 10,6 %. Malgré son trou d’air de novembre, Peugeot pointe en tête avec 111 139 affaires conclues (+7,4 %), devant Renault (87 246, -7 %) et Citroën (49 728, +19,1 %). La plupart des marques affichent encore un solde positif malgré les turbulences actuelles.

 

Sauf énorme surprise, les flottes devraient donc terminer l’année 2021 dans le vert. Une maigre consolation pour un exercice qui s’annonçaient des plus prometteurs à l’issue du premier semestre. Mais la pénurie des semi-conducteurs en a décidé autrement.

Laisser un commentaire

cross-circle