S'abonner
Industrie

EVS21 : envisager l’après-pétrole

Publié le 11 février 2005

Par Alexandre Guillet
5 min de lecture
Entièrement dédié aux énergies non polluantes, l'EVS, 21e du nom, ouvrira ses portes au Grimaldi Forum de Monaco du 2 au 6 avril 2005. Un Salon à part entière, certes, mais surtout un symposium réunissant les sommités scientifiques du monde entier venues discourir pour envisager le monde automobile...
Entièrement dédié aux énergies non polluantes, l'EVS, 21e du nom, ouvrira ses portes au Grimaldi Forum de Monaco du 2 au 6 avril 2005. Un Salon à part entière, certes, mais surtout un symposium réunissant les sommités scientifiques du monde entier venues discourir pour envisager le monde automobile...
Entièrement dédié aux énergies non polluantes, l'EVS, 21e du nom, ouvrira ses portes au Grimaldi Forum de Monaco du 2 au 6 avril 2005. Un Salon à part entière, certes, mais surtout un symposium réunissant les sommités scientifiques du monde entier venues discourir pour envisager le monde automobile...
...de l'après-pétrole. En paraphrasant André Malraux, on peut avancer que "la voiture du futur roulera propre ou ne roulera pas". Partant de ce postulat, le Salon EVS (Exposition et Symposium mondial des véhicules électriques à batterie, hybrides et à pile à combustible) prêche les bienfaits des énergies alternatives au tout pétrole depuis 1969, sur tous les continents… En 2003 à Palm Beach, en 2006 à Yokohama et, cette année, à Monaco. Le fait que le rocher princier ait été choisi par l'Avere - l'association européenne organisatrice - pour accueillir la 21e édition de l'EVS ne doit rien au hasard. En effet, depuis dix ans, nonobstant ses 2 km2 de superficie, Monaco mène une véritable politique d'incitation à l'utilisation d'automobiles propres : prime de 30 % du prix d'achat pour une voiture électrique, subvention forfaitaire de 3 000 euros pour les hybrides, vignette gratuite pour ce type de véhicules et, enfin, recharge gracieuse des véhicules électriques dans les parkings publics. Certes, pour l'heure, seule 0,5% de la population monégasque a cédé aux chants des déplacements propres et durables. Pour autant, tous les constructeurs de véhicules à moteur épousent aujourd'hui la cause environnementale. Et, sur la centaine de [...]

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour accéder à la totalité de l'article abonnez-vous.
Abonnez-vous
Déjà abonné ? Connectez-vous
Partager :

Sur le même sujet

cross-circle