S'abonner
Distribution

Volontarisme pusillanime

Publié le 9 avril 2004

Par Alexandre Guillet
4 min de lecture
La cohérence commerciale commence par une prise en compte de la situation réelle de la marque et des modèles sur le marché, et par le choix de ne pas nuire plus que de raison à un réseau qu'on pousse, par ailleurs, à investir pour la marque. Le commerce automobile tel qu'on le pratique...
La cohérence commerciale commence par une prise en compte de la situation réelle de la marque et des modèles sur le marché, et par le choix de ne pas nuire plus que de raison à un réseau qu'on pousse, par ailleurs, à investir pour la marque. 
Le commerce automobile tel qu'on le pratique...
La cohérence commerciale commence par une prise en compte de la situation réelle de la marque et des modèles sur le marché, et par le choix de ne pas nuire plus que de raison à un réseau qu'on pousse, par ailleurs, à investir pour la marque. Le commerce automobile tel qu'on le pratique...
...quotidiennement est tout entier dans cet oxymoron. On s'efforce d'être volontaristes, comme au bon vieux temps des certitudes à cent sous, et on finit par être pusillanimes, comme au temps ni vieux ni bon des choses qui vous échappent à tout prix. Tout se passe comme si le marché était, pour nombre de commerçants, un territoire inconnu, bien qu'exploré depuis longtemps. Prenons les objectifs de ventes VN, par exemple. Quand ils sont, comme c'est souvent le cas, le fruit de multiples déraisons, il n'y a évidemment aucune chance que les clients soient au rendez-vous. Mais comme on ne saurait renoncer aux volumes prévus, on recourt à tous les artifices possibles pour compenser la mauvaise volonté des consommateurs. Qu'il s'agisse de méventes directes ou d'immatriculations fantoches, on ne règle donc r[...]

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour accéder à la totalité de l'article abonnez-vous.
Abonnez-vous
Déjà abonné ? Connectez-vous
Partager :

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

cross-circle