S'abonner
Distribution

Vendre dans les grands centres urbains

Publié le 6 octobre 2006

Par Alexandre Guillet
4 min de lecture
Quand les volumes de vente d'un modèle sont insuffisants pour rentabiliser sa production, les constructeurs savent s'associer. Alors pourquoi ne le font-ils pas pour la distribution dans les grands centres urbains ? Les grands centres urbains coûtent cher à ceux qui s'y installent,...
Quand les volumes de vente d'un modèle sont insuffisants pour rentabiliser sa production, les constructeurs savent s'associer. Alors pourquoi ne le font-ils pas pour la distribution dans les grands centres urbains ?
Les grands centres urbains coûtent cher à ceux qui s'y installent,...
Quand les volumes de vente d'un modèle sont insuffisants pour rentabiliser sa production, les constructeurs savent s'associer. Alors pourquoi ne le font-ils pas pour la distribution dans les grands centres urbains ? Les grands centres urbains coûtent cher à ceux qui s'y installent,...
...qu'il s'agisse de concessionnaires ou des constructeurs eux-mêmes, à travers leurs succursales. Personne ne peut cependant se permettre de les négliger, pour des raisons évidentes. La question a été affrontée, pour l'essentiel, de deux façons, qui d'ailleurs peuvent très bien coexister pour une même marque : les constructeurs ont ouvert des succursales de vente directe ; ou bien ils se sont résolus à assurer une rentabilité acceptable à leurs concessionnaires, à travers des subventions plus ou moins manifestes (les grands groupes bien implantés et parfois multimarques sont une variante de ce cas, assez fréquente dans les très grandes villes). On fait ça depuis toujours, et il y eut une époque lointaine où "ça eût payé"… Sans doute. Aujourd'hui, en tout cas, il y a certainement mieux à faire, pour un constructeur, que de dest[...]

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour accéder à la totalité de l'article abonnez-vous.
Abonnez-vous
Déjà abonné ? Connectez-vous
Partager :

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

cross-circle