S'abonner
Distribution

"Les réorganisations sont inéluctables"

Publié le 9 juillet 2012

Par David Paques
6 min de lecture
S’il estime que les constructeurs français ne pourront pas indéfiniment tenir leurs positions industrielles dans l’Hexagone, Philippe Gattet, directeur du pôle Automobile chez Xerfi France, table sur un simple “délitement” du tissu industriel automobile en Europe. Notamment grâce au maintien annoncé de l’Allemagne, mais aussi à un hypothétique regain de vigueur des pays du Sud…
JOURNAL DE L’AUTOMOBILE. Comment la production automobile évolue-t-elle en Europe ? PHILIPPE GATTET. Globalement, l’industrie automobile européenne augmente faiblement car le marché européen est mature. La croissance de la production se fait dans les pays émergents, notamment parce que ce sont ces marchés qui tirent la croissance de l’automobile au niveau mondial. L’an dernier, l’industrie automobile européenne s’est plutôt bien comportée puisque, en volume, celle-ci a augmenté entre 4 et 5 %. Notamment grâce à la santé de l’industrie automobile allemande et particulièrement de Volkswagen, dont les usines ont tourné à plein régime. Avec parfois même des ruptures liées à l’incapacité de certains fournisseurs à soutenir la forte demande. Du côté français, les volumes évoluent dans les mêmes proportions. Il y a eu un léger effet de restockage au niveau des équipementiers et des constructeurs concernant la distribution de pièces de rechange. JA. Philippe Varin et Carlos Ghosn ont récemment estimé la surcapacité de production en Europe à 20 %. Etes-vous d’accord ? PG. C’est effectivement la moyenne que reconnaissent tous les constructeurs depuis la crise de 2008. De manière générale, les dispositifs de prime à la casse installés dans plusieurs pays ont surtout aidé [...]

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour accéder à la totalité de l'article abonnez-vous.
Abonnez-vous
Déjà abonné ? Connectez-vous
Partager :

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

cross-circle