S'abonner
Distribution

La distribution automobile est-elle un mal nécessaire ?

Publié le 20 avril 2007

Par Alexandre Guillet
8 min de lecture
La distribution automobile par réseaux de marques existe depuis la naissance de cette industrie. Elle a résisté aux pressions concurrentielles technologiques et réglementaires. Pourtant, elle semble n'avoir jamais totalement donné satisfaction du point de vue des constructeurs, des distributeurs,...
La distribution automobile par réseaux de marques existe depuis la naissance de cette industrie. Elle a résisté aux pressions concurrentielles technologiques et réglementaires. Pourtant, elle semble n'avoir jamais totalement donné satisfaction du point de vue des constructeurs, des distributeurs,...
La distribution automobile par réseaux de marques existe depuis la naissance de cette industrie. Elle a résisté aux pressions concurrentielles technologiques et réglementaires. Pourtant, elle semble n'avoir jamais totalement donné satisfaction du point de vue des constructeurs, des distributeurs,...
...et surtout des clients… Tous les constructeurs automobiles ont développé des réseaux de distribution pour vendre et maintenir leurs produits, et ce mode de distribution s'est généralisé à l'ensemble des marques dans l'ensemble des pays. En s'appuyant sur des concessionnaires et des agents, les constructeurs ont opéré un maillage territorial qui leur permet d'avoir une présence locale pour écouler et entretenir leurs produits. Cette activité a démarré alors que l'offre était inférieure à la demande, une époque où il y avait des listes d'attente pour être livré de la voiture achetée qui, d'ailleurs, ne correspondait pas toujours au bon de commande. Depuis la situation a bien changé… Les capacités de production installées sont globalement supérieures à la demande et les clients ne font plus la queue pour acheter leur voiture chez un concessionnaire. Sous la pression de la concurrence, des réglementations ou des avancées technologiques, de nouveaux modes de distribution ont fait leur apparition (mandataires, Internet…). Et certains se sont même fait les chantres de la distribution sans concession… Pourtant, aujourd'hui, nous observons que toutes les marques automobiles sont représentées par des réseaux, que toutes les tentatives de distribution alternative sont restées marginales à l'exception d'activités de pièces ou de services, et que les promesses de distribution sans concession ne se sont pas réalisées. Pour autant, ni les relations entre les constructeurs et les réseaux de concessionnaires, ni celles entre ces derniers et les clients ne sont au beau fixe. Des objectifs complémentaires ou concurrents ? Constructeurs et concessionnaires ont pour objectif de faire des profits en commercialisant des produits et services automobiles. Les premiers vendent au second qui vendent au client final. Tout semble parfaitement complémentaire et ne devrait pas poser de problèmes particuliers. Mais les constructeurs investissent pour développer et fabriquer des produits. Ils doiven[...]

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour accéder à la totalité de l'article abonnez-vous.
Abonnez-vous
Déjà abonné ? Connectez-vous
Partager :

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

cross-circle