S'abonner
Constructeurs

La génétique selon Mercedes-Benz

Publié le 27 février 2004

Par Christophe Jaussaud
2 min de lecture
Mercedes-Benz a réuni sur son stand la crème de la technologie de deux époques. Face au SLR McLaren d'aujourd'hui, trône son inspirateur, le 300 SLR coupé produit à seulement deux exemplaires. SLR. Trois lettres qui déchaînent les passions. Trois lettres chargées d'histoire, à la fois...
Mercedes-Benz a réuni sur son stand la crème de la technologie de deux époques. Face au SLR McLaren d'aujourd'hui, trône son inspirateur, le 300 SLR coupé produit à seulement deux exemplaires. SLR. Trois lettres qui déchaînent les passions. Trois lettres chargées d'histoire, à la fois...

...joyeuse et tragique. Tout débute le 1er mai 1955 à Brescia, en Italie. Le 300 SLR prend le départ de la 22e Mille Miglia. Cette nouvelle bête de course est, en fait, une extrapolation de la fameuse 300 SL qui fêtait aujourd'hui ses 50 ans à Rétromobile. Et comme on ne change pas une équipe qui gagne, c'est Rudolf Uhlenhaut qui mène à bien le projet SLR. Dès cette première apparition italienne, les 300 SLR engagés trustent la tête de la compétition. Stirling Moss, alors âgé de 25 ans, devancera Juan Manuel Fangio. Durant le début de la saison 1955, ce binôme fera un quasi sans-faute, enchaînant les doublés, voire même les triplés avec d'autres pilotes de la maison argentée. Equipé d'un huit cylindres développant 310 ch, ce SLR de 1955 va toutefois se trouver au cœur d'un événement tragique, le 11 mars, lors des 24 Heures du Mans. Suite à un accident à l'approche des stands et des tribunes, 81 personnes trouveront la mort et Mercedes décidera de se retirer du Mans. Toutefois, jusqu'à la fin de la saison, les SLR de Fangio, Moss, Collins ou Kling seront encore couronnés. Mais, en octobre 1955, Mercedes-Benz annoncera son retrait de la compétition automobile. Une décision qui stoppera le nouveau projet de Rudolf Uhlenhaut. En effet, lors du Grand Prix de Suède, l'ingénieur de Mercedes présente "sa nouvelle voiture de service" : entre deux courses, il avait greffé sur un SLR un cockpit fermé transformant ainsi le SLR en un coupé également redoutable destiné aux courses d'endurance. C'est d'ailleurs ce modèle qui était exposé à Rétromobile aux côtés du nouveau SLR. Mécaniquement semblable, ce coupé SLR Ulhenhaut n'a été produit qu'à deux exemplaires. Toutefois, si son existence fut éphémère, il peut néanmoins être considéré comme le véritable aïeul du SLR McLaren d'aujourd'hui. Les points communs sont nombreux. Tous deux sont animés par un huit cylindres, disposent d'un frein aérodynamique et ont utilisé les matériaux et les technologies avancées de la compétition automobile. Comme cette rarissime version du coupé Ulhenhaut, le SLR McLaren, héritier des Flèches d'Argent, restera lui aussi dans l'histoire automobile. Une histoire que Mercedes-Benz fait d'ailleurs vivre avec le Classic Center. En effet, depuis 2003, la France dispose de cet atelier si particulier où tous les collectionneurs de modèles étoilés peuvent faire entretenir et restaurer leur véhicule dans les règles de l'art avec des pièces d'origine.

Partager :

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

Pour vous tenir informés de toute l'actualité automobile, abonnez-vous à nos newsletters.
Inscription aux Newsletters
cross-circle