S'abonner
Constructeurs

La convergence des prix est en marche

Publié le 19 mars 2004

Par Alexandre Guillet
4 min de lecture
Les écarts de prix des véhicules neufs en Europe sont de moins en moins significatifs. En France en particulier, seuls 6 modèles affichent des prix HT 20 % plus élevés qu'ailleurs, contre 13 un an plus tôt. "La convergence des prix HT des véhicules neufs a fait un pas en avant...
Les écarts de prix des véhicules neufs en Europe sont de moins en moins significatifs. En France en particulier, seuls 6 modèles affichent des prix HT 20 % plus élevés qu'ailleurs, contre 13 un an plus tôt. "La convergence des prix HT des véhicules neufs a fait un pas en avant...

...au sein de l'Union", s'est satisfait Mario Monti, commissaire européen, au regard des résultats de la dernière étude de la Commission européenne sur le sujet. Ce rapport, basé sur des prix relevés au 1er novembre 2003, est le premier à être publié depuis l'entrée en vigueur du nouveau règlement. Il faudra toutefois attendre le 1er octobre 2005 et la fin de la clause de localisation pour que le nouveau règlement influe encore davantage sur la convergence des prix. A compter de cette date, en effet, les concessionnaires danois, par exemple, pourront ouvrir des points de vente ou de livraison en France, tout en continuant à s'approvisionner au Danemark. Pour l'instant, constate Mario Monti, "cette convergence se déroule sans heurts : contrairement aux prédictions de certaines personnes au sein de l'industrie, les consommateurs qui résident dans des Etats membres appliquant des taxes élevées pour l'achat de véhicules automobiles ne semblent généralement pas souffrir du nouveau règlement d'exemption par catégorie pour ce qui est des prix". En un an, ceux-ci ont tout de même progressé de plus de 3 % aux Pays-Bas et au Danemark, alors qu'en moyenne, pour les 91 modèles étudiés, ils n'ont augmenté que de 1,3 % (contre 2 % pour l'inflation). Néanmoins, cette hausse n'empêche pas le Danemark d'être toujours le pays le moins cher de l'Union, avec des prix HT inférieurs de 6 % à ceux pratiqués en Grèce, le pays le moins cher de la zone euro.





ZOOM

Hausse du prix des voitures de 1,3 % en Europe
Entre novembre 2002 et novembre 2003, les prix des 91 modèles étudiés par la Commission européenne ont progressé de 1,3 %. Ils ont augmenté de 2,4 % en France. Exprimés en livres sterling, ils ont augmenté de 0,5 % au Royaume-Uni (soit une baisse de 7 % en euros). A la suite d’une modification du régime de taxation des véhicules, les prix ont baissé de 5,6 % en Finlande.

L'Allemagne reste le pays le plus cher

Selon le rapport, l'écart type moyen des prix HT entre les différents marchés nationaux est passé en un an de 7 à 5,6 %. Les décalages entre le pays le plus cher et le moins cher restent toutefois très élevés pour certains modèles : la Volkswagen Passat est ainsi 39 % plus chère en Allemagne qu'en Grèce, soit une économie de 5 700 euros, TVA comprise, pour le consommateur allemand qui achète un tel véhicule en Grèce. Ce sont l'Allemagne et l'Autriche qui restent les marchés de l'Union européenne les plus chers. En Allemagne, 38 modèles affichent les prix les plus élevés de la zone euro, et 23 d'entre eux sont au moins 20 % plus chers que dans le pays où les prix sont les plus bas. En France, seuls 6 modèles affichent des prix au moins supérieurs à 20 % par rapport au pays le moins cher, alors qu'ils étaient une quinzaine un an plus tôt.

Peugeot toujours dans le collimateur de la Commission

Certains constructeurs sont pointés du doigt par la Commission. Skoda, par exemple, avec une Superb 38,5 % plus chère en Allemagne qu'en Grèce. C'est aussi le véhicule le plus cher en France : il est 28,5 % plus cher qu'en Grèce alors qu'il n'affichait qu'un écart de 18,1 % un an auparavant. Volkswagen ne cesse également d'augmenter l'écart de prix de sa Passat : en France, de 11,2 % en 2001, l'écart de prix est passé à 27,8 % en 2003. En revanche, Audi et Seat, qui appartiennent également au groupe Volkswagen, souligne la Commission, parviennent à réduire les écarts. Peugeot, déjà dans le collimateur de la Commission l'année dernière, continue de faire des siennes : sa 406 est 37,3 % plus chère en Allemagne qu'en Grèce. Pourtant, la marque parvient à réduire les écarts, à 10,7 %, sur son 807. Fiat est également critiqué avec une Seicento 35,7 % plus chère en Allemagne qu'en Espagne. Pourtant, la marque réduit l'écart à 9 % sur son Ulysse.

Xavier Champagne

Partager :

Sur le même sujet

Pour vous tenir informés de toute l'actualité automobile, abonnez-vous à nos newsletters.
Inscription aux Newsletters
cross-circle