S'abonner
Constructeurs

Histoire d’acronymes sauveurs de vie

Publié le 17 septembre 2004

Par Christophe Jaussaud
6 min de lecture
L'ABS vient de souffler ses 25 bougies et un taux d'équipement de 100 % en Europe. L'ESP, lui, n'a que 10 ans et encore de larges perspectives de développement. Mais fera-t-il aussi bien ? L'information du grand public et la formation des professionnels semblent être la clé de la réussite. L'ABS...
L'ABS vient de souffler ses 25 bougies et un taux d'équipement de 100 % en Europe. L'ESP, lui, n'a que 10 ans et encore de larges perspectives de développement. Mais fera-t-il aussi bien ? L'information du grand public et la formation des professionnels semblent être la clé de la réussite. 
L'ABS...
L'ABS vient de souffler ses 25 bougies et un taux d'équipement de 100 % en Europe. L'ESP, lui, n'a que 10 ans et encore de larges perspectives de développement. Mais fera-t-il aussi bien ? L'information du grand public et la formation des professionnels semblent être la clé de la réussite. L'ABS...
...a fêté ses 25 ans en 2003. Un quart de siècle qui aura suffi pour faire de cet équipement de sécurité un incontournable. En effet, depuis 1978, l'équipementier Bosch en a écoulé plus de 100 millions. Cette première génération d'ABS, baptisée "ABS 2" par l'équipementier allemand, pesait alors 6,3 kg et coûtait environ 1 500 euros. Depuis, le nouveau-né a grandi et a atteint la maturité pour en être à la 4e génération (ABS 8), ne peser plus que 1,6 kg et se vendre au prix d'un équipement standard. Selon Anton de Coster, formateur liaisons au sol chez Continental Teves, "le prix d'un ABS aujourd'hui représente 10 à 20 % de celui de la première génération". Un phénomène explicable par la quantité produite (Continental Teves fabrique 45 000 systèmes ABS/ESP et 163 000 capteurs par jour), mais aussi par la technique. En effet, la première génération d'ABS comptait, en plus des particularités du système comme les capteurs, un maître-cylindre et un servofrein spécifiques alors qu'aujourd'hui, l'ensemble de l'ABS utilise un système de freinage classique. Une voie supplémentaire vers la démocratisation. Les limousines n'ont plus depuis longtemps l'exclusivité de cet équipement de sécurité. Des 0,02 % du marché en 1978, l'ABS sera en 2004 sur 100 % des véhicules vendus en Europe de l'Ouest. En effet, les constructeurs membres de l'Acea se sont engagés à en équiper tous leurs véhicules commercialis[...]

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour accéder à la totalité de l'article abonnez-vous.
Abonnez-vous
Déjà abonné ? Connectez-vous
Partager :

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

cross-circle