Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
L’optimisme au rendez-vous pour les équipementiers

Selon la Clepa, les équipementiers automobiles ont repris confiance et la transformation structurelle du marché vers la connectivité et la neutralité carbone se poursuit.

L’optimisme au rendez-vous pour les équipementiers

Les équipementiers, bien que touchés par la crise, se disent confiants en l’avenir. Des perspectives positives dues au rebond plus rapide que prévu du marché automobile mondial.

 

Bonne nouvelle : les équipementiers ont repris confiance ! Bien que durement touchés par la crise, ils sont désormais de plus en plus nombreux à afficher des prévisions positives.

 

Ainsi, selon la dernière étude Pulse Check réalisée par l' Association européenne des équipementiers automobiles (Clepa) de fin février à début mars 2021, avec l’aide du cabinet McKinsey, 38 % d’entre eux affichent des perspectives positives contre seulement 8 % il y a six mois. Des résultats plutôt dynamiques qui sont liés à un rebond beaucoup plus rapide que prévu du marché automobile mondial.

 

Ainsi, 4 fournisseurs sur 5 prévoient une augmentation des volumes de commandes dans les douze prochains mois. Et la rentabilité devrait se stabiliser avec des résultats supérieurs à 5 % pour plus de quatre répondants sur dix. Toutefois, 31 % ont toujours une vision négative, "ce qui est une proportion beaucoup plus élevée que dans la période pré-coronavirus", précise l’organisation.

 

Vers une sortie de la crise des semi-conducteurs ?

 

"Le sentiment s'améliore malgré les inquiétudes persistantes quant à l'impact de la pandémie et les difficultés actuelles de livraison de semi-conducteurs et d'autres matériaux critiques, comme l'acier et les plastiques, ainsi que les contraintes en matière de capacité de transport et de logistique, qui ont toutes un effet modérateur", a déclaré Sigrid de Vries, secrétaire générale du Clepa. Plus de 60 % des répondants indiquent en effet être touchés par ces difficultés, qui se traduisent par un retard ou une interruption de la production. En effet, les équipementiers reconnaissent que la "crise des semi-conducteurs a révélé les failles de la gestion de la chaîne d'approvisionnement en flux tendu". Et une reprise à court terme semble impossible avant au minimum trois mois.

 

"La situation sur le terrain diffère en fonction de l'exposition aux marchés mondiaux, de l'impact de la crise du Covid-19, du niveau d'avancement vers de nouvelles opportunités en matière de conduite connectée et automatisée et de solutions de motorisation alternatives, notamment les moteurs électriques, les essieux et les systèmes de gestion de la batterie, et de la nécessité de gérer le changement dans un marché en contraction.", analyse la secrétaire générale. Actuellement, un rebond des volumes de commandes est principalement observé en Chine et aux États-Unis, l'Europe restant à la traîne.

 

Le transformation du marché se poursuit

 

Pour autant, selon l’association européenne, la pandémie n’a pas freiné la transformation structurelle du secteur automobile, qui est depuis plusieurs années sur la voie de la mobilité numérique et neutre en carbone.

 

"La course à la compétitivité est lancée, et il y aura des gagnants et des perdants en conséquence. C'est d'ailleurs ce qui ressort du Pulse Check du Clepa. Seuls 4 % des répondants ne prévoient pas de changement radical dans leur entreprise au cours des cinq prochaines années. Ce chiffre n'a jamais été aussi bas", a ajouté Sigrid De Vries.

 

Pour 70 % des acteurs interrogés, le secteur va avant tout se consolider. La moitié d’entre eux soulignent l'importance croissante des activités impliquant des composants clés de haute technologie. "Pour ceux qui sont actifs dans les technologies liées aux moteurs à combustion, la demande croissante de solutions électrifiées exerce une pression importante sur leur modèle économique. Étant donné que les volumes automobiles mondiaux ne devraient pas dépasser les 100 millions d'unités de sitôt, le gâteau global se rétrécit également", souligne l’association.

 

En effet, même si la demande de véhicules électrifiés augmente, la part globale dans les ventes est encore modeste, atteignant 11 % de parts de marché en Europe en 2020. Même constat pour la mobilité intelligente et les services connectés. Ainsi 90 % des fournisseurs sont en train d’adapter leurs portefeuilles de produits pour mieux préparer l’avenir. Cela passe notamment par le développement en interne de nouvelles technologies comme une priorité (61 %), un changement d'orientation stratégique au sein du portefeuille existant (51 %), la consolidation (32 %) et les fusions et acquisitions (29 %).

 

Pour continuer à se développer, un équipementier sur deux déclare également s’intéresser à d’autres marchés (hors automobile) pour vendre leurs solutions technologiques. Arrivent en tête les appareils ménagers et les solutions de recharge.

Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
Vincent Cobée, Citroën :

Avec la C5X, Citroën signe son retour sur le segment des grandes berlines, quatre ans après l'avoir quitté. Produite en Chine, comme la DS9, la C5X sera commercialisée en Europe à l'automne 2021.

François Larher, Audi :

En charge de l'activité occasion chez Audi France depuis octobre 2020, François Larher fait le point sur les dernières évolutions du label Audi Occasion:Plus et sur les ambitions de la marque aux anneaux

Renault affiche une part de marché en baisse mais se dirige vers des ventes saines

Renault continue de réorienter sa stratégie commerciale avec une baisse des immatriculations tactiques, ce qui explique sa part de marché en retrait depuis le début de l'année 2021. Une phase difficile

Le réseau Opel n’accepte plus les objectifs inatteignables !

Pour la première fois, le réseau Opel a affiché, en 2020, une rentabilité négative qui s'est encore fortement détériorée depuis le début de l'année. Michel Maggi, président du GNCO, va réunir

La Cour suprême autrichienne juge illégaux les contrats de distribution Peugeot

En Autriche, Peugeot vient de perdre en dernière instance face à un concessionnaire qui accusait le constructeur d'abus de position dominante. La Cour suprême de Vienne donne trois mois à Peugeot pour

Seres, l'autre marque chinoise qui veut se déployer en France

Seres, la marque chinoise appartenant à Dongfeng, poursuit son développement en France. Deux modèles électriques seront proposés en 2021 pour un objectif de 80 distributeurs sur le territoire.

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page