Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Comment la crise a impacté le comportement d’achat des automobilistes

Les comportements d'achat des particuliers français ont évolué durant la période post-confinement.

Comment la crise a impacté le comportement d’achat des automobilistes

A la sortie du premier confinement, les automobilistes français ont guidé leurs achats selon trois principes : une contrainte budgétaire accentuée, une préoccupation environnementale accrue et une recherche maintenue de performance et de confort.

 

La crise du coronavirus et le premier confinement induit ont modifié le comportement des Français sur plusieurs plans, dont celui des moyens de transports. Mais de quelles façons ? C’est fort de ses 15 ans d’étude des données d’achat des automobilistes qu’à AAA DATA a pu observer de façon plus fine ces évolutions de comportement, à travers une segmentation précise des différents profils de consommateurs, déterminée en 10 types, déjà présentés dans le détail.

Premier enseignement : l’incertitude de la situation exceptionnelle n’obère pas les besoins fondamentaux, dont celui de se déplacer. Au grand bénéfice du moyen du transport individuel : ainsi, selon un sondage commandé à Ipsos par AAA Data en mai, la voiture reste le moyen de transport privilégié des sondés à la sortie du confinement (84 %), car considéré comme le plus sûr (85 %). Autre enseignement, les intentions d’achat ont été observées en berne, sauf concernant le VO. 

 

AAA Data s’est donc penché sur le comportement des particuliers français sur les deux marchés du neuf et de l'occasion. "Le marché automobile est très souvent analysé par le prisme des ventes VN. Or, aujourd’hui, pour comprendre le comportement des automobilistes français, il faut considérer les marchés VN et VO ensemble", a souligné Julien Billon, directeur général d’AAA Data. Ses observations ont permis au fournisseur de données automobiles de comprendre que la mobilité post-covid s’est organisée autour de trois axes majeurs, sanitaire, économique et environnemental, avec des profils types de consommateurs plus ou moins déterminants.

 

Préoccupation environnementale accrue 

 

Le comportement d’achat des particuliers français a tout d’abord fait transparaitre une préoccupation environnementale accrue. "D’une manière générale, les achats ont pris en compte cette dimension. Nous observons une baisse du grammage moyen en CO2 du véhicule acheté, lorsque nous comparons les achats entre 2019 et 2020", souligne Marie-Laure Nivot, responsable intelligence marchés. Logiquement, les incitations fiscales n’ont pas non plus été étrangères à ce repli. De même que les gammes étoffées des constructeurs en matière d’électrifiés ont renforcé l’attrait des consommateurs. De tous les consommateurs ? Selon le profilage d’AAA DATA trois types ont plus particulièrement mis l’accent sur l’enjeu environnemental : les "Renter", individus définis comme consommant du service avec une forte appétence pour les offres locatives, les "Hedonist", avec un fort pouvoir d’achat et privilégiant l’achat plaisir, et enfin les "Opportunist", individus à la recherche de la bonne affaire.

 

Deuxième enseignement : la dimension économique s'est imposée comme un paramètre d’importance, ce qui peut effectivement paraître logique en temps de crise économique. "Les contraintes budgétaires se sont durcies, le particulier va dont chercher la bonne affaires", commente Marie-Laure Nivot. Ainsi, les "Renter", essentiellement acheteurs de VN, se sont davantage tournés vers de l’occasion récent. Constat similaire pour les "Middle Class", qui se sont orientés vers les occasions, notamment sur l’entrée de gamme.

 

Montée en gamme

 

Enfin, troisième ligne rouge qui a guidé les achats post-confinement, une recherche du plaisir et du confort maintenus malgré les contraintes budgétaires et le recherche d’une empreinte carbone moindre. "Nous l’avons vu à travers plusieurs comportements, notamment de certains profils ayant choisi des véhicules plus puissants et récents, tandis que d’autres ont opéré une vraie monté en gamme, notamment les "Renter", mais aussi les "Conservative" (définis comme les individus plus âgés ayant tendance à garder leur véhicule plus longtemps). Les SUV sont également restés très prisés par l’ensemble des segments", poursuit Marie-Laure Nivot.

 

Ainsi, l'évolution des marchés VN et VO semblent plus imprévisible que jamais. Ces trois conclusions fortes qui ont guidé les achats des automobiliste particuliers français en période post-confinement ont en effet contraint les consommateurs à regarder au-delà de leur comportement d’achat habituel, en faveur notamment du marché du VO pour qui 2020 semble bien parti pour être l’année de tous les records.

Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
Ouverture des commerces : un espoir pour le 28 novembre 2020

Le gouvernement a réuni les fédérations pour envisager la prochaine ouverture des commerces, selon des règles sanitaires strictes. Le CNPA estime que les discussions vont dans le bon sens. Pour l'instant,

Affaire Hory contre PSA : la Cour de cassation ordonne la reprise du contrat de DOPRA

La Cour de cassation vient d'annuler l'arrêt de la cour d'appel de Rennes, qui ordonnait la résiliation du contrat entre la plateforme de pièces de rechange du groupe Hory et PSA. Résultat : le constructeur

Jacques-Edouard Daubresse bientôt directeur de DS France

Selon nos informations, la direction générale de DS France devrait prochainement être confiée à Jacques-Edouard Daubresse, directeur pièces et services de PSA.

Le groupe Amplitude va ouvrir quatre sites MG

L’opérateur deviendra l’un des premiers investisseurs privés représentant MG. Quatre concessions devraient ouvrir leurs portes d'ici la fin de l'année 2020, en Seine-et-Marne et dans l'Oise.

Confinement : les règles du commerce restent inchangées jusqu’au 1er décembre 2020

Sans grande surprise, Jean Castex, Premier ministre, a annoncé, suite au Conseil de défense, le maintien des règles actuelles du confinement et la fermeture des commerces non essentiels, dont l'automobile,

Bridgestone dit non au plan de continuation proposé par l'Etat

Le scénario présenté par le gouvernement pour sauver l'usine de Béthune n'a pas été approuvé par Bridgestone qui confirme donc la fermeture. Les pouvoirs publics veulent toutefois trouver une autre

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page