Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Cupra prend son envol avec le Formentor

Le premier modèle exclusif Cupra devrait représenter en France 60 % du total.

Cupra prend son envol avec le Formentor

Créée officiellement en 2018, Cupra prend aujourd’hui son envol avec son premier modèle exclusif, le Formentor. Ce SUV coupé symbolise toute la stratégie de la jeune marque pour se faire une place dans le paysage automobile.

 

Il y a deux ans, le monde automobile assistait à un événement plutôt rare, la naissance d’une nouvelle marque automobile. Fait encore plus notable, la nouvelle venue se place sur un credo que, a priori, d’aucuns pourraient juger très peu porteur en Europe, la sportivité. Le concept semble toutefois séduire puisque, depuis 2018, ce sont 55 000 véhicules estampillés Cupra - des Ateca et Leon rebadgées - qui ont trouvé preneur sur le Vieux Continent, et, dans une moindre mesure, en Amérique Latine. 

 

La marque passe aujourd’hui la seconde en lançant son premier modèle exclusif, le Formentor. Le SUV coupé, disponible depuis octobre, symbolise toutes les promesses de la marque : offrir des modèles sportifs, mais accessibles. Pari réussi pour ce Formentor qui étonne de prime abord par son esthétisme. Sept centimètres plus long que l’Ateca, mais dix centimètres moins haut, le modèle, grâce également à sa ligne de toit coupé et fuyante, son capot long et ses jantes de 19’’, adopte résolument un style incisif et plutôt éloigné des créations de sa marque mère Seat. A bord, la présentation reste sobre, relevée par des touches de chrome cuivré, symbolique de la marque.

 

Sportivité au rendez-vous

 

A son lancement en octobre, le Formentor est disponible avec la version la plus puissante - du moins officiellement aujourd’hui - le TSI 2.0 l de 310 ch, déjà bien connu puisque éprouvé par les T-Roc R, Audi SQ2, et, dans la même famille, Cupra Ateca, avec une boîte double embrayage à sept rapports et une transmission intégrale. Paré de ses 400 Nm de couple, le modèle ne manque effectivement pas de sportivité, aidé par une boîte double embrayage sept rapports qui parvient à gérer de façon tout à fait honorable cette puissance. Sur le papier, le modèle affiche d’ailleurs un 0 à 100 km/h abattu en 4,9 secondes et une vitesse maximale bridée à 250 km/h. Bien sûr, la consommation est également à la hauteur, de plus de 10,8 l/100km relevé durant l’essai, contre 8,5 à 8,7 l/100 homologués, avec un mix dans l’utilisation des différents modes, de Confort à Sport en passant par Cupra. Ces modes jouent sur plusieurs caractéristiques du véhicule, de la fermeté de l’amortissement piloté, à la gestion des rapports en passant par la consistance de la direction et même le réglage de l’ambiance lumineuse. Cinq modes au total qui, au passage, apportent une polyvalence remarquable au Formentor.

 

Lancer un modèle sportif, aussi attrayant et accessible soit-il, semble être un pari plutôt risqué dans le contexte actuel. Commercialisé à partir de 44 670 euros dans cette version le 310 ch, le Formentor se voit toutefois lourdement pénalisé par un malus allant de 8 245 à 10 488 euros, et même, entre 10 488 et 13 109 euros en 2021, pour un grammage en CO2 homologué entre 192 et 197 g/km. Sans compter le malus au poids qui pourrait s’ajouter dès 2022 selon les configurations. La combinaison de ses deux joyeusetés pourrait fort bien décourager certains acheteurs, en France tout du moins.

 

Deux hybrides rechargeables au programme

 

Mais si cette version musclée est pour le moment la seule disponible, quatre autres propositions thermiques seront ajoutées au catalogue en début d’année, plus accessibles, et donc moins malusées, avec des puissances de 150 à 190 ch. Mais ce n’est pas tout puisque seront ajoutées deux déclinaisons hybrides rechargeables, de 204 ch et 350 Nm de couple et de 245 ch, associant le TSI 1.4 l de 150 ch à un moteur électrique de 115 ch. Ces versions hybrides rechargeables, grâce à une autonomie fournie par la batterie de 13 kWh d’environ 50 km, devraient permettre d’alléger la facture, avec un bonus de 1 000 euros, sans compter les économies de carburant.

 

Cet attelage hybride le plus puissant n’est pas inconnu au catalogue puisque le Formentor suit les traces de la Cupra Leon. La compacte est en effet disponible en essence 300 et 310 ch avec une transmission intégrale - cette dernière configuration étant réservée au break - mais également en version hybride rechargeable de 245 ch, qui promet une autonomie de 52 km en tout électrique. Cette autonomie s’est davantage approchée des 45 km sur parcours mêlants passages en ville et départementales. En mode hybride, la consommation s’est établie à 4,3 l/100 km, un niveau tout à fait honorable au regard des 245 ch qu’abrite la Leon sous son capot.

 

1 % de part de marché d'ici 5 ans

 

Le Formentor devrait représenter, en France et en Europe, environ 60 % des commercialisations totales de la marque, détrônant ainsi la Leon. Grâce à son SUV coupé, Cupra escompte doubler son volume de ventes, mais aussi conquérir de nouveaux marchés à l’international. Les deux versions hybrides rechargeables devraient peser, selon les estimations, entre 30 et 40 % des immatriculations du Formentor. La marque compte sur ce modèle et son positionnement de marque challenger sportive accessible pour se forger sa place dans le marché automobile, et atteindre, d’ici 5 ans, une pénétration de 1 % en France, soit environ 20 000 unités annuelles. 

 

Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
Vincent Cobée, Citroën :

Avec la C5X, Citroën signe son retour sur le segment des grandes berlines, quatre ans après l'avoir quitté. Produite en Chine, comme la DS9, la C5X sera commercialisée en Europe à l'automne 2021.

François Larher, Audi :

En charge de l'activité occasion chez Audi France depuis octobre 2020, François Larher fait le point sur les dernières évolutions du label Audi Occasion:Plus et sur les ambitions de la marque aux anneaux

Renault affiche une part de marché en baisse mais se dirige vers des ventes saines

Renault continue de réorienter sa stratégie commerciale avec une baisse des immatriculations tactiques, ce qui explique sa part de marché en retrait depuis le début de l'année 2021. Une phase difficile

Le réseau Opel n’accepte plus les objectifs inatteignables !

Pour la première fois, le réseau Opel a affiché, en 2020, une rentabilité négative qui s'est encore fortement détériorée depuis le début de l'année. Michel Maggi, président du GNCO, va réunir

La Cour suprême autrichienne juge illégaux les contrats de distribution Peugeot

En Autriche, Peugeot vient de perdre en dernière instance face à un concessionnaire qui accusait le constructeur d'abus de position dominante. La Cour suprême de Vienne donne trois mois à Peugeot pour

Seres, l'autre marque chinoise qui veut se déployer en France

Seres, la marque chinoise appartenant à Dongfeng, poursuit son développement en France. Deux modèles électriques seront proposés en 2021 pour un objectif de 80 distributeurs sur le territoire.

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page