Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Le bon entretien des véhicules hybrides et électriques

L’analyse des fluides prend toute sa signification dans le cas des véhicules zéro-émissions.

Le bon entretien des véhicules hybrides et électriques

Face au développement des nouvelles motorisations écologiques, IESPM rappelle les bases de leur entretien et maintenance.

 

Spécialisé dans l’analyse des fluides et en particulier des huiles moteur, IESPM Group saisit l’opportunité du développement des véhicules hybrides et électriques pour informer le consommateur (gestionnaires de parcs, entreprises et particuliers) sur la nécessité de surveiller certains fluides essentiels au bon fonctionnement des composants. Déjà, nul besoin de s’attarder sur les véhicules hybrides, dans la mesure où leur moteur thermique fait appel à de l’huile moteur classique, de faible viscosité (0W-20, généralement).

 

En revanche, pour ce qui concerne les véhicules 100 % électriques, la donne est quelque peu différente. Dans leur cas, les circuits de refroidissement jouent un rôle prépondérant dans le bon fonctionnement du système de refroidissement moteur et batteries. Or, le liquide de refroidissement a tendance à perdre ses qualités dans le temps, pouvant alors endommager les différentes parties du circuit. Un moteur électrique mal refroidi à cause d’un liquide défaillant peut engendrer un risque de surconsommation des batteries et donc une baisse de la durée de vie de celles-ci.

 

En ce sens, l’analyse du liquide de refroidissement permet de contrôler l’ensemble de ses propriétés et caractéristiques, de vérifier sa qualité et sa stabilité dans le temps, et de s’assurer de l’absence d’anomalies. Une analyse permettra par exemple d’adapter les intervalles de vidange afin d’éviter les dysfonctionnements du véhicule. En outre, la société de Verneuil-sur-Avre (27) conseille également de suivre par analyse d’huile tous les organes mécaniques de la chaîne cinématique (boîte de vitesses, pont, réducteur de roue).

 

Plus globalement, selon IESPM, l’analyse des fluides (huile et liquide de refroidissement) dans les véhicules zéro-émissions prend tout son sens car elle va permettre, à travers un suivi précis et régulier, de constituer à terme un véritable référentiel des tendances sur l’évolution de ces nouvelles motorisations. « Des données particulièrement précieuses et rares à ce jour en matière de maintenance préventive et prédictive », souligne le spécialiste. Et celui-ci d’être en mesure de préconiser des séquences d’analyses adaptées en fonction des différentes technologies électriques, sachant que ses laboratoires maintiennent leurs activités au jour d’aujourd’hui, malgré la crise sanitaire qui traverse notre pays.

Copyright photo : Fotolia.

Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
Pas de Mondial de l'Auto à la porte de Versailles en 2020

Le Mondial de l'Auto, prévu du 29 septembre au 11 octobre 2020 à la porte de Versailles à Paris, n'aura pas lieu. Seuls les événements Movin'On, Smart City et les manifestations dans Paris sont, pour

Chômage partiel : comment ça marche ?

Quelles sont les conditions de mise en oeuvre du dispositif de chômage partiel ? Quels sont les motifs acceptés et qui peut en bénéficier ? Le CNPA a analysé l'ensemble des ordonnances parues au Journal

25 ordonnances pour la sauvegarde de l'activité économique

Le gouvernement a annoncé les 25 mesures qui viennent compléter l'état d'urgence sanitaire. Report de charges, étalement des dépenses, fonds de solidarité... Voici le détail des solutions économiques

Automobile : dans l'attente du décret sur le chômage partiel

Les réparateurs qui ne peuvent ouvrir faute de clients ou de protections suffisantes pourront-ils prétendre au chômage partiel ? L'inquiétude grandit dans les réseaux en attendant le décret d'application.

Deux tiers des entreprises de l'artisanat auto ont fermé leurs portes

D'après la FNA, 67 % des entreprises ont été contraintes de stopper leur activité et les trois quarts de leurs salariés ont été placés en chômage partiel. Le CNPA déplore quant à lui le manque

Le marché pourrait perdre trois quarts de son volume en mars 2020

Avec 59 493 immatriculations enregistrées au 17 mars 2020, celles-ci pourraient chuter de plus de 70 % sur le mois complet. En mars 2019, 225 818 cartes grises avaient été enregistrées.

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page