S'abonner
Services

Le dynamisme des enseignes

Publié le 2 mars 2007

Par Alexandre Guillet
10 min de lecture
Si les constructeurs nationaux courbent l'échine et s'orientent plutôt vers un gel des créations de postes, le secteur automobile reste l'un des gros employeurs de l'Hexagone. Les enseignes de services font notamment preuve d'un réel allant et confirment la bonne santé des franchises. Après...
Si les constructeurs nationaux courbent l'échine et s'orientent plutôt vers un gel des créations de postes, le secteur automobile reste l'un des gros employeurs de l'Hexagone. Les enseignes de services font notamment preuve d'un réel allant et confirment la bonne santé des franchises.
Après...
Si les constructeurs nationaux courbent l'échine et s'orientent plutôt vers un gel des créations de postes, le secteur automobile reste l'un des gros employeurs de l'Hexagone. Les enseignes de services font notamment preuve d'un réel allant et confirment la bonne santé des franchises. Après...
...de longs mois de crispation, le marché de l'emploi a retrouvé le chemin de la détente et du dynamisme en 2006. Ce que des spécialistes (Mercuri Urval, Michael Page…) laissaient entendre dès mi-2006 s'est donc confirmé. Et les prévisions pour l'exercice 2007 sont plutôt bonnes. Il y a lieu de s'en réjouir, même si de nombreux analystes stigmatisent que cette amélioration de l'emploi doit être relativisée. En effet, d'un point de vue général, il appert que ce sont surtout les emplois non marchands, l'effet CNE et le boom de certains secteurs, au premier rang desquels se trouve le bâtiment, qui tirent le marché vers le haut. Bref, souvent des emplois relevant directement ou non de financements publics. A l'inverse, l'examen des emplois marchands révèle que le bilan n'est pas meilleur qu'en 2005 et le nombre d'emplois dits précaires est en nette augmentation. Toutefois, la dynamique est manifeste et les volumes de recrutement annoncés par les entreprises ont une réelle envergure. Même si, pour le secteur automobile, le paysage change. Ainsi, les gros groupes ne figurent plus dans les palmarès des entreprises qui recrutent le plus publiés par nos confrères. Et pour cause… En France, PSA Peugeot-Citroën et Renault n'ont plus l'intention de créer des postes (ce qui ne signifie pas qu'ils ne recrutent plus) et la défense de milliers d'emplois sera par ailleurs d'actualité une fois les élections présidentielles passées. Chez les grands équipementiers, la période actuelle est très difficile et la création d'emplois se mue en luxe inaccessible. Même dans le cas de Valeo, qui affiche un bon bilan (voir JA n°991), l'heure est plus au grand déménagement hors Europe de l'Ouest qu'à l'embauche massive sur le marché domestique. Néanmoins, dans la famille des équipementiers, les pneumaticiens sont à contre-courant et annoncent des embauches : 500 pour Michelin (dont environ 100 cadres, principalement des ingénieurs) et 135 chez Bridgestone (surtout des profils commerciaux), par exemple. Le vitrage : un marché porteur Si les grands groupes ne tirent plus le marché vers le haut, quelles sont les entreprises qui recrutent ? Ce sont principalement les enseignes de services, très souvent adossées au principe de la franchise. A titre indicatif, dans le top 130 des plus gros recruteurs en France en 2007 récemment publié par Challenges, foin de Renault ou de Faurecia, mais on trouve ainsi Norauto (1 800 ZOOM Les cadres sont très recherchésSelon le rapport publié par l'A[...]

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour accéder à la totalité de l'article abonnez-vous.
Abonnez-vous
Déjà abonné ? Connectez-vous
Partager :

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

cross-circle