S'abonner

Bornes de recharge : bientôt le maillon fort des constructeurs ?

Publié le 10 novembre 2021

Par Damien Chalon
4 min de lecture
Zoom de l’Arval Mobility Observatory – Si les ventes de voitures électriques explosent partout en Europe, les installations de bornes de recharge avancent en revanche plus timidement. Un déficit en infrastructures qui pousse de plus en plus les constructeurs à investir.

Il y a un an, le quotidien économique Les Echos posait déjà la question "Mais que font les constructeurs (NDLR en termes de recharge électrique)?" (1). A l’époque, le quotidien rappelait que les constructeurs réclamaient tous un réseau de bornes de recharge de batteries "à la hauteur" pour leurs clients. Mais pas question pour autant pour eux d’investir eux-mêmes dans les infrastructures.

 

Un an plus tard, la vente de véhicules électrifiés explose partout en Europe, sous la contrainte il est vrai du calendrier serré de Bruxelles sur l’extinction programmée des motorisations thermiques. Mais le réseau de bornes de recharge peine toujours autant à se développer. L’ACEA vient d’ailleurs de publier une étude selon laquelle les automobilistes n’ont pas le réseau de recharge rapide qu’ils méritent, avec seulement une borne de recharge rapide (dotée d’une puissance de plus de 22 kW) sur 9 en service seulement. En France, l’objectif des 100 000 bornes (tous types de charges comprises) à fin 2021 n’est plus que l’histoire ancienne et de toute façon, la part des bornes rapides ne représente que 9 % de l’ensemble des 43 000 bornes publiques en service.

 

Comme l’aurait dit La Palice, pour que les véhicules électriques fonctionnent et évitent la panne de courant, il leur faut de l’électricité et un réseau ! "Le réseau de bornes de recharge électrique, c’est le nœud gordien qu'il faut absolument trancher pour relever le plus gros défi auquel est confrontée cette industrie depuis sa création il y a plus d'un siècle", résumait il y a quelques semaines un article de la Tribune (2).

 

Pour faire avancer les choses, l’industrie automobile aurait-elle donc tout intérêt à imiter Tesla, pionnier dans ce domaine avec son réseau de superchargeurs déployé dès 2013 en Europe ? La marque d’Elon Musk a en tout cas une jolie longueur d’avance sur ses compétiteurs : sur le Vieux Continent, elle totalise 7 300 superchargeurs répartis sur 700 stations. Dans le monde, la marque californienne compte 3 254 stations, totalisant près de 30 000 points de recharge, qu’elle commence d’ailleurs à ouvrir à tous les détenteurs de véhicules électriques, quelle que soit la marque.

 

A y regarder de plus près, heureusement, les lignes commencent à bouger chez les constructeurs. Aux États-Unis et au Canada, GM entend déployer 40 000 nouvelles bornes dans les zones rurales, mal desservies en infrastructures de recharge. Son réseau sera ouvert à tous les propriétaires de véhicules électriques. Sur le Vieux Continent aussi les initiatives se multiplient. Outre-Rhin, la fédération automobile nationale, la VDA, s’est récemment élevée contre les lenteurs administratives, soulignant qu’il faudrait considérablement augmenter les cadences d’installation pour satisfaire la demande des conducteurs (3).

 

Résultat, VW a décidé de passer à la vitesse supérieure avec des partenaires (Enel, Iberdrola, BP) "pour multiplier par 5 le nombre de bornes de recharge rapide en Europe d’ici 2025". Le constructeur allemand comptait déjà parmi les membres fondateurs du réseau de recharge sur autoroutes Ionity, aux côtés de Mercedes, Ford, BMW ou encore Hyundai. D’autre marques allemandes ont, elles aussi, décidé de sauter le pas, à l’instar de Porsche ou d’Audi, avec des concepts de stations Premium et des bornes de recharge rapide, en adéquation avec le statut de leurs clients.

 

Les marques françaises s’y mettent aussi et pas seulement sur leurs sites de production, à destination de leurs salariés. Mobilize, la marque mobilités de Renault est partenaire du projet européen CIRVE (Corridors Ibériques d’infrastructures de Recharge Rapide de Véhicules Electriques), qui encourage l’électromobilité dans toute la péninsule ibérique avec 40 bornes de recharge rapide le long des axes routiers. Stellantis n’est pas en reste, via une association récente avec la société turinoise TheF Charging. L’objectif est de construire un nouveau réseau pour les centres-villes, les établissements publics, les lieux de loisirs et les nœuds de transports (aéroports, gares, ports).

 

L'Arval Mobility Observatory

 

(1) Bornes de recharge électriques : les constructeurs auto s'engagent en ordre dispersé. Les Echos, 25 octobre 2020

(2) Les bornes de recharge : le maillon faible de la révolution électrique de l'automobile. La Tribune, 13 septembre 2021

(3) Bornes de recharge : l'automobile allemande s'impatiente

One comment on “Bornes de recharge : bientôt le maillon fort des constructeurs ?”

Laisser un commentaire

cross-circle