S'abonner
Distribution

Innover vers le bas pour relancer la demande VN

Publié le 22 avril 2005

Par Alexandre Guillet
4 min de lecture
Le marché du véhicule neuf est saturé en Europe. Oui, si on se limite à un segment de marché, celui des véhicules toujours plus équipés, toujours plus sophistiqués et toujours plus chers. Et si on "loganisait" un petit peu l'offre ? La demande VN stagne, en Europe, depuis...
Le marché du véhicule neuf est saturé en Europe. Oui, si on se limite à un segment de marché, celui des véhicules toujours plus équipés, toujours plus sophistiqués et toujours plus chers. Et si on "loganisait" un petit peu l'offre ?
La demande VN stagne, en Europe, depuis...
Le marché du véhicule neuf est saturé en Europe. Oui, si on se limite à un segment de marché, celui des véhicules toujours plus équipés, toujours plus sophistiqués et toujours plus chers. Et si on "loganisait" un petit peu l'offre ? La demande VN stagne, en Europe, depuis...
...des années. Il y a pourtant un réservoir de croissance qui se situe dans le marché VO, lequel est hypertrophié et survalorisé. J'ai essayé de le démontrer dans une chronique d'il y a quelques mois. Je persiste et signe. Et j'y reviens pour proposer quelques axes de réflexion, en rappelant que les deux marchés (VN et VO) doivent être vus comme des vases communicants : il existe une clientèle contrainte financièrement, qui n'achète des VO que parce que l'offre VN qui pourrait l'intéresser est inexistante. Comme ceci peut encore surprendre, il convient d'abord de se libérer de quelques dogmes anciens. Quelques fausses certitudes "Le marché européen est saturé." Cette affirmation, unanimement acceptée, est à l'origine des politiques de soutien de la demande qui vont de la surenchère promotionnelle au renouvellement accéléré de la gamme en passan[...]

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour accéder à la totalité de l'article abonnez-vous.
Abonnez-vous
Déjà abonné ? Connectez-vous
Partager :

Sur le même sujet

cross-circle